Document - USA/Yemen: Health concern/detention without trial: Adnan Farhan Abdul Latif

ACTION URGENTE


DOCUMENT PUBLIC Index AI : AMR 51/066/2009 – ÉFAI

13 mai 2009


AU 125/09 Préoccupations pour la santé / Détention sans jugement


ÉTATS-UNIS / YÉMEN Adnan Farhan Abdul Latif (h), ressortissant yéménite



Adnan Farhan Abdul Latif, ressortissant yéménite, qui a fait plusieurs tentatives de suicide ces derniers mois, a tailladé l'un de ses poignets lors d'un entretien avec son avocat sur la base navale américaine de Guantánamo Bay (Cuba) le 10 mai.

Cet homme est détenu à Guantánamo sans inculpation depuis plus de sept ans.Amnesty International nourrit de vives inquiétudes concernant sa santé physique et psychologique.


Son avocat américain a déclaré à la suite de cette visite : « [Adnan Farhan Abdul Latif] a détaché un morceau du placage rigide du dessous de notre table de conférence et s'en est servi pour entailler une veine de son poignet gauche[…]. Tandis qu'il continuait à taillader son poignet, il a recueilli le sang s'en écoulant dans un récipient en plastique et, peu avant qu'il ne soit l'heure pour moi de partir, a projeté ce sang dans ma direction. »Un porte-parole s'exprimant depuis Guantánamo a confirmé que ces faits avaient bel et bien eu lieu mais a ajouté qu'ils ne pouvaient être considérés comme une tentative de suicide.


Depuis septembre 2008, Adnan Farhan Abdul Latif a plusieurs fois tenté de mettre fin à ses jours. Il a dit à son avocat qu'une fois, en novembre 2008, il avait essayé de se pendre à deux reprises au cours de la même journée. Au moins une de ces tentatives a été confirmée à son avocat par un responsable de Guantánamo.


Adnan Farhan Abdul Latif est maintenu à l'isolement dans l'unité psychiatrique de Guantánamo depuis novembre 2008 au moins. Il a confié à ses avocats que, lorsqu'il est éveillé, il voit des fantômes dans le noir et entend des voix effrayantes, et qu'il fait des cauchemars lorsqu'il dort. Il a également affirmé à ses avocats qu'il avait ingéré toutes sortes d'objets, dont des sacs-poubelles, des gobelets destinés à recueillir son urine, des perles de chapelet, une bouteille d'eau et une vis, et qu'il avait mangé ses propres excréments, les avait étalés sur son corps et en avait recouvert les murs de sa cellule, la caméra fixée au plafond et la grille d'aération.


Parallèlement à ces troubles mentaux, Adnan Farhan Abdul Latif souffrirait d'un certain nombre de problèmes de santé physique, notamment une pommette fracturée, un tympan éclaté, une perte totale de vision d'un œil, une luxation de l'omoplate et un possible déboîtement du genou. Il dit également souffrir de maux de gorge et d'estomac constants, qui rendent l'ingestion de nourriture difficile. Il est par conséquent nourri de force jusqu'à trois fois par jour au moyen d'un tube allant de son nez à son estomac, tandis qu'il est attaché à une chaise d'immobilisation.


INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le président Barack Obama a ordonné à son gouvernement de fermer le centre de détention de Guantánamo d'ici au 22 janvier 2010, mais le sort des quelque 240 hommes qui y sont encore incarcérés reste incertain. Il a également exigé qu'un examen soit mené afin d'établir quels détenus doivent être libérés ou transférés, lesquels doivent être poursuivis par les États-Unis, et quelles autres solutions sont envisageables pour ceux dont il a été déterminé qu'ils ne pouvaient être ni jugés ni remis en liberté. À ce jour, un seul détenu de Guantánamo a été libéré depuis que le président Obama a pris ses fonctions, et aucun n'a été inculpé. Par ailleurs, plusieurs détenus se trouvent toujours en détention illimitée à Guantánamo des mois après que des juges fédéraux américains ont ordonné leur libération immédiate.


Une centaine de Yéménites sont incarcérés à Guantánamo. Il semble que les autorités américaines et yéménites ne sont pas parvenues à trouver un terrain d'entente concernant leur éventuel retour au Yémen, et certaines informations récentes permettent de penser que les États-Unis essaient désormais de négocier un accord aux termes duquel plusieurs de ces ressortissants yéménites seraient envoyés en Arabie saoudite, où ils suivraient un programme de « réinsertion » sous l'égide des autorités saoudiennes. Amnesty International ne dispose d'aucune autre information concernant les négociations entre l'Arabie saoudite, les États-Unis et le Yémen.


Adnan Farhan Abdul Latif a de la famille au Yémen, notamment un fils de dix ans. Il n'a en revanche pas de parents ni d'autres relations connues en Arabie saoudite.


ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

Aux autorités américaines :

- déclarez-vous inquiet pour la santé et le bien-être d'Adnan Farhan Abdul Latif ;

- demandez qu'il soit autorisé à être examiné par un spécialiste indépendant de la santé mentale ;

- exhortez les autorités à améliorer ses conditions de détention, notamment en mettant un terme à son isolement cellulaire ;

- demandez que ses avocats puissent avoir accès à l'intégralité de son dossier médical ;

- engagez les autorités à le remettre en liberté, à moins qu'il ne fasse l'objet d'une procédure équitable devant une juridiction de droit commun ;

- s'il n'est pas prévu qu'il soit jugé, priez les autorités de le renvoyer au Yémen.


Aux autorités yéménites :

- demandez-leur de présenter immédiatement aux autorités américaines une requête en faveur d'Adnan Farhan Abdul Latif visant à obtenir qu'il puisse rentrer sans délai au Yémen s'il n'est pas prévu qu'il soitjugé équitablement.


APPELS À :

Président des États-Unis :
President Barack Obama

The White House

1600 Pennsylvania Avenue, NW

Washington DC 20500, États-Unis

Courriers électroniques : president@whitehouse.gov

Fax : + 1 202 456 2461

Formule d'appel : Dear Mr President, / Monsieur le Président,


Ministre de la Justice :
Attorney General Eric Holder,

US Department of Justice, 950 Pennsylvania Avenue NW,

Washington DC 20530-0001, États-Unis

Fax : +1 202 307 6777

Courriers électroniques : AskDOJ@usdoj.gov

Formule d'appel : Dear Attorney General,/ Monsieur le Ministre,


Président du Yémen :

His Excellency General ‘Ali ‘Abdullah Saleh

Office of the President of the Republic of Yemen

Sana'a

République du Yémen

Fax : + 967 127 4147

Formule d'appel : Your Excellency,/ Monsieur le Président,


ainsi qu'aux représentants diplomatiques des États-Unis dans votre pays.


PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.APRÈS LE 24 JUIN 2009, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.



How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE