Document - USA: Guantánamo detainee held in isolation: Adnan Farhan Abdul Latif: Further information


Action complémentaire sur l'AU 125/09, AMR 51/037/2010 – États-Unis 7 mai 2010


ACTION URGENTE

UN PRISONNIER DE GUANTÁNAMO DÉTENU À L'ISOLEMENT

Adnan Farhan Abdul Latif, un ressortissant yéménite, est détenu à l'isolement à Guantánamo. En mars, il a confié à son avocat qu'il continuait à subir des mauvais traitements et qu'il avait des idées suicidaires.

Adnan Farhan Abdul Latif, un ressortissant yéménite, est incarcéré depuis plus de huit ans à Guantánamo sous le numéro 156, sans inculpation ni procès.Il est actuellement détenu à l'isolement au Camp 5, où sont regroupés les quelques prisonniers qui poursuivent leur grève de la faim et certains autres détenus.Adnan Latif a observé une grève de la faim mais il y a finalement mis un terme.Presque tous les autres détenus de Guantánamo vivent désormais en collectivité dans les Camps 1, 4 et 6. L'avocat d'Adnan Latif a demandé aux autorités de mettre fin à son isolement en le transférant dans l'un de ces camps.

Dans une lettre adressée à son avocat en mars 2010, Adnan Latif a affirmé qu'il avait été maltraité à plusieurs reprises par la Force de réaction immédiate de Guantánamo. Il a écrit : « Des agents de la Force de réaction immédiate entraient régulièrement dans ma cellule.Ils m'ont jeté à terre et m'ont traîné sur le sol […]. Deux jours avant que je ne rédige cette lettre, [des membres de la Force de réaction immédiate] m'ont étranglé et ont exercé une forte pression derrière mes oreilles […]. J'ai perdu connaissance pendant plus d'une heure. »Son avocat a expliqué à Amnesty International que son client présentait des coupures et des ecchymoses.Adnan Latif a également indiqué dans sa lettre que les circonstances dans lesquelles il vivait « [donnaient] plus envie de mourir que de vivre » et qu'il « n'avait plus goût à la vie, au sommeil ou au repos ».Il a fait plusieurs tentatives de suicide à Guantánamo : le 10 mai 2009, il s'est entaillé le poignet lors d'une entrevue avec son avocat et a fait gicler du sang sur ce dernier. Par la suite, il a été entravé avant de rencontrer son avocat.

Adnan Latif était auparavant détenu à l'isolement au service psychiatrique de Guantánamo. Amnesty International ne dispose d'aucune information supplémentaire concernant l'état de santé actuel de cet homme. Cependant, compte tenu de ses tentatives de suicide, de ses apparents problèmes d'ordre physique et mental, ainsi que de sa détention illimitée sans inculpation ni procès, l'organisation demeure profondément inquiète quant à sa santé physique et mentale.

Les prochesd'Adnan Farhan Abdul Latif, y compris son jeune fils, vivent au Yémen.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en anglais ou dans votre propre langue) :

  • déclarez-vous inquiet pour la santé et le bien-être d'Adnan Farhan Abdul Latif et préoccupé par les allégations de mauvais traitements qu'il a formulées ;

  • demandez qu'il soit mis fin à son isolement ;

  • appelez les autorités à diligenter immédiatement une enquête sur toutes les allégations de mauvais traitements émanant de cet homme ;

  • priez-les instamment de lui permettre d'être examiné par des experts médicaux indépendants ;

  • exhortez-les à libérer cet homme sans délai, à moins qu'il ne soit inculpé d'une infraction dûment reconnue par la loi et jugé par un tribunal indépendant et impartial, dans le respect des normes internationales d'équité des procès.


ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 JUIN 2010 À :

Président des États-Unis

Barack Obama

The White House

1600 Pennsylvania Avenue NW

Washington DC 20500, États-Unis

Fax : + 1 202 456 2461

Courriel : via son site Internet : http://www.whitehouse.gov/contact

Formule d'appel : Dear Mr. President, / Monsieur le Président,


Ministre de la Justice

Eric Holder

US Department of Justice

950 Pennsylvania Avenue NW

Washington DC 20530-0001,

États-Unis

Fax : +1 202 307 6777

Courriel : via son site Internet : AskDOJ@usdoj.gov

Formule d'appel : Dear Attorney General, / Monsieur le Ministre,

Daniel Fried

US Department of State

2201 C Street NW

Washington DC 20520,

États-Unis





Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques des États-Unis dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la deuxième mise à jour de l'AU 125/09. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR51/066/2009/fr.


ACTION URGENTE


UN PRISONNIER DE GUANTÁNAMO DÉTENU À L'ISOLEMENT

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Actuellement, 181 hommes sont incarcérés au centre de détention de la base navale américaine de Guantánamo Bay, à Cuba. Le groupe de travail sur les détenus de Guantánamo, formé le 22 janvier 2009 sur décret du président Obama, aurait recommandé qu'environ 35 des personnes incarcérées soient poursuivies par les autorités américaines, soit devant des tribunaux fédéraux, soit devant des commissions militaires, et que 48 autres continuent à être détenues sans inculpation ni jugement. Ce groupe de travail aurait conclu que les détenus restants (soit environ une centaine) pouvaient être libérés immédiatement ou plus tard.


Bien plus de la moitié des personnes toujours incarcérées sont des ressortissants yéménites. En décembre 2009, les autorités américaines ont suspendu les transferts de Yéménites détenus à Guantánamo en invoquant des problèmes de sécurité. On ignore combien de Yéménites encore incarcérés sont libérables, mais on estime que ce chiffre dépasse les 50 %.


Les autorités yéménites continuent à demander que ces personnes soient renvoyées dans leur pays.


Le gouvernement américain envisage de racheter et de rénover le centre correctionnel de Thomson, dans l'Illinois, afin d'y incarcérer sous l'autorité de l'armée les détenus de Guantánamo qui attendent d'être jugés par une commission militaire ou une cour fédérale, ceux que les États-Unis estiment qu'ils ne peuvent ni poursuivre ni libérer, et ceux qui sont en instance de transfert ou de libération. Le gouvernement tente d'obtenir l'appui du Congrès pour ce projet. Cependant, aucune décision finale n'a été annoncée.



Action complémentaire sur l'AU 125/09, AMR 51/037/2010, 7 mai 2010

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE