Document - USA: Further information: Iraq war objector will serve jail term in USA

États-Unis. Une objectrice de conscience purgera une peine de prison

Action complémentaire sur l’AU 263/12, AMR 51/024/2013 - États-Unis 3 mai 2013 3 mai 2013

ACTION URGENTE

ÉTATS-UNIS. UNE OBJECTRICE DE CONSCIENCE PURGERA UNE PEINE DE PRISON

La prisonnière d’opinion américaine Kimberly Rivera, actuellement enceinte, purgera une peine de 10 mois d’emprisonnement après avoir été condamnée par un tribunal militaire. Cette femme a déserté l’armée américaine alors qu’elle était déployée en Irak, car elle considérait immoral de continuer à prendre part à ce conflit.

Après avoir plaidé coupable lors de son procès le 29 avril 2013, la femme soldat de première classe Kimberly Rivera a été sanctionnée d’une peine de 14 mois d’emprisonnement, ramenée à 10 mois aux termes d’une transaction pénale. Elle a également été renvoyée de l’armée pour mauvaise conduite. Cette femme est enceinte de son cinquième enfant.

Kimberly Rivera a été arrêtée pour désertion de l’armée et est détenue par les autorités militaires américaines depuis le 20 septembre 2012. Alors qu’elle était en permission début 2007, cette femme a quitté l’armée sans autorisation et s’est rendue au Canada. Elle avait décidé qu’elle ne pouvait plus participer à la guerre en Irak ni à tout autre conflit sans aller à l’encontre de ses principes. Au Canada, elle a cherché à obtenir une protection en tant que réfugiée mais elle a été reconduite à la frontière en septembre 2012, après avoir été déboutée en appel.

Kimberly Rivera a déclaré publiquement être opposée au conflit en Irak quand elle était au Canada. Son avocat a essayé de faire annuler l’expulsion de sa cliente, notamment en présentant des éléments indiquant que les personnes qui se trouvent dans une situation semblable et qui expriment de telles opinions sont traitées plus durement à leur retour aux États-Unis que celles qui se taisent.

Kimberly Rivera devrait purger sa peine à la prison Naval Consolidated Brig, à Miramar, près de San Diego (Californie). Elle est actuellement détenue au centre de justice pénale du comté d’El Paso à Colorado Springs, dans le Colorado. Son avocat, James M. Branum, déposera un recours en grâce, sur lequel se prononcera le général de division Paul J. LaCamera, Commandant de Fort Carson, dont la décision sera finale.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais ou dans votre propre langue :

exhortez les autorités à relâcher Kimberly Rivera immédiatement et sans condition, car elle est une prisonnière d’opinion, incarcérée en raison de son refus de participer au conflit armé en Irak pour des raisons de conscience ;

appelez-les à garantir au minimum sa libération anticipée pour des raisons humanitaires, étant donné que cette femme est enceinte.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 JUIN 2013 À :�

Commandant en chef de la 4e division d’infanterie et de Fort Carson

Major General Paul J. LaCamera

Public Affairs Office

1626 Ellis Street, Ste. 200, Bldg. 118

Fort Carson, CO 80913, États-Unis

Fax : +1 719 526 1021

Formule d’appel : Dear Major General LaCamera, / Général,

Secrétaire à la Défense

Chuck Hagel

Office of the Secretary of Defence

1000 Defence Pentagon

Washington, DC 20301-1400, États-Unis

Fax : +1 703 571 8951 (merci de vous montrer persévérant-e)

Formule d’appel : Dear Secretary of Defence, / Monsieur le Secrétaire,

Copies à :

Avocat de Kimberly Rivera

James M Branum

PO Box 721016

Oklahoma City, OK 73172, États-Unis

Courriel : girightslawyer@gmail.com ou www.freekimberlyrivera.org

Formule d’appel : Dear Mr Branum, / Maître,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques des États-Unis dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la quatrième mise à jour de l’AU 263/12. Pour plus informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR51/013/2013/fr.

ACTION URGENTE

ÉTATS-UNIS. UNE OBJECTRICE DE CONSCIENCE PURGERA UNE PEINE DE PRISON

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Amnesty International considère que le droit de refuser de servir dans l’armée pour des raisons de conscience est inhérent au droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, reconnu à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et à l’article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

L’organisation considère comme objecteur de conscience tout individu qui, pour des raisons de conscience ou de conviction profonde, refuse d’accomplir un service dans les forces armées. Peuvent être inclus dans cette définition ceux qui refusent de participer à une guerre en particulier en raison d’un désaccord avec les objectifs poursuivis ou la façon dont la guerre est menée, même si par ailleurs ils ne s’opposent pas à toutes les guerres.

Amnesty International considère comme prisonniers d’opinion les individus qui, dans une telle situation, sont placés en détention ou emprisonnés uniquement en raison des actions menées en conséquence de ces convictions. L’organisation estime également que les objecteurs de conscience sont des prisonniers d’opinion s’ils sont incarcérés pour avoir quitté les forces armées sans autorisation pour des raisons de conscience, dans le cas où ils ont d’abord pris des mesures raisonnables pour être libérés de leurs obligations militaires ou s’il leur était impossible dans la pratique de prendre de telles mesures.

Nom : Kimberly Rivera

Genre : femme

Action complémentaire sur l’AU 263/12, AMR 51/024/2013, 3 mai 2013

image1.png image2.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE