Document - Mexico: Migrants at risk of harm

Mexique. Des migrants en danger

AU 274/12, AMR 41/069/2012 – Mexique 5 octobre 2012 5 octobre 2012

ACTION URGENTE

MEXIQUE. DES MIGRANTS EN DANGER

Le 3 octobre dernier, au moins 40 migrants en situation irrégulière (sans documents de voyage) qui traversaient le Mexique à bord d'un train de fret ont été enlevés par une bande criminelle, semble-t-il. On ignore ce qui leur est arrivé et leur sécurité suscite des inquiétudes. Dans un État voisin, d'autres migrants clandestins risquent de subir des mauvais traitements et des blessures à la suite d'opérations de contrôle de l'immigration.

D'après des témoins, une quarantaine de migrants en situation irrégulière qui se trouvaient à bord d'un train de fret ont été enlevés à Medias Aguas, dans l'État de Veracruz, alors qu'ils traversaient le Mexique. On ignore ce qui leur est arrivé par la suite. Chaque années, des milliers de migrants sont enlevés et bien souvent maltraités, violés et tués par des individus appartenant à des bandes criminelles qui agissent en collusion avec les pouvoirs publics.

Dans l'État voisin du Tabasco, l'Institut national des migrations (INM) a recommencé à arrêter arbitrairement un grand nombre de migrants en situation irrégulière. Ces interpellations peuvent donner lieu à des atteintes aux droits humains et compromettre l'intégrité physique des migrants. D'après des défenseurs des droits humains travaillant dans un refuge pour migrants à Tenosique, une femme a été blessée au cours d'une opération menée dans cette ville par l'INM le 3 octobre dernier, ayant pour but d'appréhender des migrants qui se trouvaient à bord d'un train de fret. Dans une autre ville près de là, un Hondurien a été blessé lorsque des agents de l'INM l'ont poursuivi dans la communauté de San Isidro Guasiván. Un autre migrant, que des agents de l'INM ont frappé aux côtes lors de la même intervention, a déposé une plainte auprès du bureau de la procureure générale fédérale.

Le 4 octobre dernier, le frère Tómas González, un prêtre dirigeant le refuge de Tenosique, et Rubén Figueroa, qui milite pour les droits des migrants, se sont enchaînés au portail des locaux de l'INM à Tenosique, et sont restés ainsi pendant 12 heures pour protester contre les méthodes des agents de l'INM, qui, bien souvent, ne respectent pas les normes internationales relatives au recours minimal à la force. Tómas González et Rubén Figueroa protestaient également contre le fait que l'INM n'a pas amené les agents ayant commis des violences sexuelles à l'encontre d'un migrant mineur à rendre des comptes, comme l'a confirmé le rapport de la Commission nationale des droits humains, publié le 28 septembre.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

demandez aux autorités de diligenter une enquête afin de déterminer où se trouvent les migrants enlevés à Medias Aguas, et de garantir la sécurité des témoins ;

exhortez-les à réexaminer la politique et les pratiques de l'INM en matière de détention des migrants en situation irrégulière, afin de veiller à ce qu'elles soient conformes aux normes relatives au recours minimal à la force, et à prendre toutes les mesures raisonnables pour éviter que les migrants soient en danger ;

priez-les de lancer des investigations sur les informations indiquant que des migrants ont été battus et blessés au cours d'opérations menées par l'INM.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 NOVEMBRE 2012 À :

Commissaire de l'Institut national des migrations

Salvador Beltrán del Río

Homero 1832, Col. Los Morales Polanco, Delegación Miguel Hidalgo

C.P. 11510, México D.F., Mexique

Courriel : sbeltrandelrio@inami.gob.mx

Fax : +52 55 5557 9865 (dites « me da tono de fax, por favor »)

Formule d'appel : Estimado Sr Comisario, / Monsieur,

Procureure générale de la République

Marisela Morales Ibáñez

Paseo de la Reforma 211-213

Col. Cuauhtémoc, México D.F.

C.P. 06500, Mexique

Fax : +52 55 5346 0908 (merci de vous montrer persévérant et dites « fax »)

Courriel : ofproc@pgr.gob.mx

Formule d'appel : Estimada Sra Fiscal General, / Madame la Procureure générale,

Copies à :

Casa del Migrante Hermanos en el Camino

Courriel : albertodonis@hermanosenelcamino.org

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

MEXIQUE. DES MIGRANTS EN DANGER

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Chaque année, des centaines de milliers de migrants clandestins, venus d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, tentent de traverser le Mexique pour atteindre les États-Unis. Bon nombre d'entre eux sont arrêtés par les services mexicains de l'immigration et renvoyés dans leur pays d'origine. Amnesty International s'est rendue au Mexique pour enquêter sur des signalements d'atteintes aux droits humains à l'encontre de ces personnes. Elle a alors découvert qu'un grand nombre d'entre elles avaient été enlevées par des bandes de malfaiteurs, parfois avec la complicité des responsables locaux. En raison de l'impunité qui les caractérise, les atteintes commises contre les migrants, qui sont extrêmement vulnérables, ont augmenté, bien que le gouvernement se soit engagé à garantir le respect des droits de ces individus.

Amnesty International a lancé une action visant à attirer l'attention sur le sort des migrants qui passent par le Mexique et à leur fournir une aide dont ils ont bien besoin. Pour y participer, rendez-vous sur la page suivante : http://sendsocks.org.

Personnes concernées : environ 40 migrants clandestins

Genre : hommes et femmes

AU 274/12, AMR 41/069/2012, 5 octobre 2012

image1.png image2.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE