Document - Honduras: Human rights defender’s life at risk: Karla Zelaya

Honduras. Une militante des droits humains en danger. Karla Zelaya

AU 292/12, AMR 37/012/2012 – Honduras 1er octobre 2012 Date: 14 January 2011

ACTION URGENTE

UNE MILITANTE DES DROITS HUMAINS EN DANGER

En raison de son action de défense des droits humains aux côtés du Mouvement unifié des paysans de la vallée de l’Aguán (MUCA), un groupe hondurien, la militante des droits humains Karla Zelaya reçoit des menaces de mort par SMS depuis le 25 août. Sa vie est en danger.

Le 27 août, Karla Zelaya a reçu la menace suivante par SMS : « Tous ceux qui parlent vont finir comme ça, comme cette pute, prends garde à toi [“asi van a kedar todos los q ablen. como esa perra cuidense las espaldas”]. » Le 25 août, elle a reçu un autre SMS qui la menaçait en ces termes : « Cette pute va mourir, je sais qu’elle est seule maintenant [“esa perra se va a morir se que ahora esta sola”]. » Karla Zelaya a indiqué qu’elle recevait ce type de messages depuis trois semaines environ. Le dernier a été envoyé le 20 septembre : « Sale pute, tu penses t’être débarrassée de moi, mais je suis toujours là, je ne te lâche pas [“perra bastarda pensasr q se abian dsacid d mi, pero aki estoi y te sigo d serkita”]. » Entre le 18 et le 19 septembre, elle a également reçu des appels téléphoniques anonymes, où le correspondant est resté silencieux.

Karla Zelaya est journaliste et travaille pour le Mouvement unifié des paysans de la vallée de l’Aguán (MUCA), qui défend les droits fonciers des paysans dans le cadre des conflits de propriété que connaît actuellement la région de l’Aguán, dans le nord-est du Honduras. Dans le cadre de ses activités dans l’organisation, Karla Zelaya filme régulièrement des opérations d’expulsion forcée de paysans ou des procédures d’arrestation à l’issue de manifestations publiques.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

demandez qu’une enquête indépendante, minutieuse et impartiale soit menée sur les menaces adressées à Karla Zelaya, que les conclusions en soient rendues publiques et que les responsables présumés soient traduits en justice ;

exhortez les autorités à prendre immédiatement des mesures afin de protéger efficacement cette femme, dans le respect de ses souhaits.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 NOVEMBRE 2012 À :

Procureur général

Sr. Luis Alberto Rubí

Fiscal General de la República

Lomas del Guijarro, Avenida República Dominicana, Edificio Lomas Plaza II

Tegucigalpa, Honduras

Fax : +504 2221 5667

Formule d’appel : Sr. Fiscal General, / Monsieur le Procureur général,

Ministre de l’Intérieur

Sr. Pompeyo Bonilla

Secretaría de Estado en el Despacho de Seguridad, Plantel Casamata, subida al Picacho,

Tegucigalpa, Honduras

Fax : +504 2220 1756

Formule d’appel : Estimado Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Comité des familles de détenus et disparus du Honduras (COFADEH)

Barrio La Plazuela, Avenida Cervantes

Casa No. 1301

Tegucigalpa, Honduras

Fax : +504 2220 5280

(dites : « Me da tono de fax por favor »)

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Honduras dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule de politesse.

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

UNE MILITANTE DES DROITS HUMAINS EN DANGER

COMPLÉMENT D’INFORMATION

En février 2012, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme a déclaré, à l’issue d’une visite au Honduras, que les défenseurs des droits humains continuaient d’être la cible de menaces de mort, d’agressions, d’actes de harcèlement et de stigmatisation. Elle a engagé les autorités à établir de toute urgence un programme de protection pour ces personnes.

Le 22 septembre, Antonio Trejo Cabrera, avocat spécialisé dans les droits humains, a été tué à Tegucigalpa, la capitale hondurienne. Cet homme défendait trois coopératives paysannes impliquées dans un complexe conflit foncier à Bajo Aguán, une vallée fertile du nord du pays. Il avait aidé les agriculteurs à récupérer leurs droits à la terre dans cette vallée et devait se rendre à Washington (États-Unis) en octobre pour participer à des audiences de la Commission interaméricaine des droits de l’homme sur le conflit en cours. Selon les informations dont on dispose, Antonio Trejo Cabrera avait reçu des menaces de mort liées à ses activités de défense des victimes d’atteintes aux droits humains dans la région de Bajo Aguán.��Ces dernières années, des milliers d’ouvriers agricoles sans terre ont occupé des terres dont la propriété fait l’objet d’un litige avec de riches propriétaires et de grandes entreprises. Les batailles judiciaires en cours depuis plus de 10 ans ont été émaillées de décisions et recours successifs, et de multiples expulsions forcées.

Voir la nouvelle suivante diffusée par Amnesty International : http://www.amnesty.org/fr/news/honduras-killing-human-rights-lawyer-sows-fear-2012-09-25.

Nom : Karla Zelaya

Sexe féminin

AU 292/12, AMR 37/012/2012, 1er octobre 2012

image1.png image2.png image3.png image4.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE