Document - Honduran human rights defender at risk: Itsmania Pineda Platero

Honduras. Une défenseure des droits humains en danger

AU 22/12, AMR 37/001/2012 - Honduras 24 janvier 2012 24 janvier 2012

ACTION URGENTE

HONDURAS. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS EN DANGER

Une défenseure des droits humains et blogueuse hondurienne vivant à Tegucigalpa, la capitale du pays, a reçu des menaces de mort par téléphone et SMS. Sa vie pourrait être en danger.

Itsmania Pineda Platero dirige l'association Xibalba, qui travaille sur des questions relatives à la sécurité publique et à la réinsertion des jeunes au Honduras. Cette femme possède également un blog personnel sur lequel elle publie des articles concernant divers sujets, tels que la liberté d'expression, le crime organisé et les jeunes. Le 6 janvier à 18 heures, elle a reçu un appel anonyme ; son interlocuteur lui a dit : « Nous allons te tuer sale chienne ». À 22 heures le même soir, elle a reçu un autre appel du même numéro ; bien que personne ne lui ait parlé, elle a entendu des voix d'hommes et un bruit qui ressemblait à une gâchette sur laquelle on appuie.

Deux jours plus tard, à 12 h 27, Itsmania Pineda Platero a été menacée par SMS. Le message indiquait : « Ne joue pas avec le feu car même tes gardes du corps ne te sauveront pas [...] fais attention. » Le 9 janvier, à 8 h 26, elle a reçu un autre message de menace : « D'un moment à l'autre, on va te jeter au Crematorio [la décharge], on sera ton cauchemar. » Elle a expliqué à Amnesty International que ce SMS faisait référence à une décharge bien connue à Tegucigalpa, appelée El Crematorio, où des corps ont déjà été retrouvés par le passé.

Itsmania Pineda Platero n'a pas de gardes du corps et les autorités devraient lui accorder une protection. Sa vie est peut-être en danger.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

demandez qu'une enquête indépendante, minutieuse et impartiale soit menée sur les menaces adressées à Itsmania Pineda Platero, que les conclusions soient rendues publiques et que les responsables présumés soient traduits en justice ;

exhortez les autorités à prendre des mesures immédiates afin de protéger efficacement cette femme, dans le respect de ses souhaits ;

rappelez-leur que les défenseurs des droits humains ont le droit de mener leurs activités sans restrictions injustes ni craintes de représailles, conformément à la Déclaration sur les défenseurs des droits de l'homme.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 6 MARS 2012 :

Procureur général

Luis Alberto Rubí

Fiscal General de la República

Lomas del Guijarro, Avenida República Dominicana, Edificio Lomas Plaza II

Tegucigalpa, Honduras

Fax : +504 2221 5667

Formule d'appel : Señor Fiscal General , / Monsieur le Procureur général,

Ministre de la Justice et des Droits humains

Ana Pineda

Ministra de Justicia y Derechos Humanos

Col. Lomas del Mayab,

Ave. República de Costa Rica,

Entre BAC-BAMER y BANHCAFE

Tegucigalpa MDC, Honduras

Fax : +504 2235 8379

Courriel : info@sjdh.gob.hn

Formule d'appel : Estimada Sra. Ministra , / Madame la Ministre,

Copies à :

ONG C-LIBRE

Colonia Palmira, Primera Calle, contiguo al Centro Cultural de España,

25 mts al norte del Redondel de los Artesanos, Tegucigalpa, Honduras, C.A.

Courriel : alertas@clibrehonduras.com

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Honduras dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

HONDURAS. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS EN DANGER

COMPLÉMENT D'INFORMATIONS

Au Honduras, les défenseurs des droits humains et les journalistes sont fréquemment menacés, harcelés et agressés physiquement lorsqu'ils font leur travail. Amnesty International s'inquiète de la situation à laquelle sont confrontés les militants dans ce pays. Les défenseurs des droits humains, notamment ceux qui font des recherches sur le crime organisé ou les atteintes aux libertés fondamentales et ceux qui parlent du coup d'état, sont souvent la cible d'agressions physiques, de menaces et de manœuvres d'intimidation.

Ces violences font rarement l'objet d'une enquête minutieuse et les personnes qui signalent ces crimes bénéficient à peine d'une protection.

Le 5 décembre 2011, deux membres de l'organisation de défense des droits humains CODEH ont été menacés par un inconnu dans le centre de Tegucigalpa (voir AU 360/11, AMR 37/008/2011).En juin 2011, Alexander David Sánchez Álvarez, militant LGBT et défenseur des droits humains, a été menacé d'une arme pour la troisième fois de l'année (voir AC sur AU 12/11, AMR 237/005/2011).

Nom : Itsmania Pineda Platero

Genre : femme

AU 22/12, AMR 37/001/2012, 24 janvier 2012

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE