Document - Haiti threatens forced evictions

Haïti. Menaces d'expulsions forcées

AU 213/12, AMR 36/007/2012 – Haïti 17 juillet 2012

ACTION URGENTE

MENACES D'EXPULSIONS FORCÉES

Les autorités haïtiennes s'apprêtent à expulser quelque 450 familles de Port-au-Prince, la capitale, au motif que leurs habitations risquent d'être détruites par un glissement de terrain. Elles ne les ont pas consultées et ne leur ont pas proposé de nouveau logement ni d'indemnisation.

Les 450 familles concernées vivent dans le quartier de Jalousie, sur la commune de Pétion-Ville, qui surplombe Port-au-Prince. Les autorités ne les ont pas consultées et ne leur ont pas proposé de nouveau logement ni d'indemnisation.

Des représentants du ministère de l'Environnement, accompagnés de policiers, se sont rendus à Jalousie le 21 juin et ont désigné 450 maisons devant être détruites dans un délai de 15 jours. Il n'ont pas présenté d'ordonnance d'expulsion du tribunal ni aucun autre document juridique, et n'ont pas indiqué aux habitants les raisons de ces démolitions.

Le ministère a ensuite déclaré à la radio haïtienne que les logements en question se trouvaient dans une zone sujette aux glissements de terrain. Les habitants ont également appris que les autorités avaient, semble-t-il, offert 100 000 gourdes (environ 2 000 euros) à tous les propriétaires et 20 000 gourdes (environ 400 euros) aux locataires.

Ces personnes, dont beaucoup vivent à Jalousie depuis plusieurs décennies, ont expliqué à Amnesty International qu'elles avaient bâti elles-mêmes le quartier et ses infrastructures, notamment les routes, les maisons et les commerces, et qu'elles avaient effectué seules le raccordement au réseau électrique. Elles estimaient que, s'il existait des problèmes d'ordre environnemental, le gouvernement devrait les consulter véritablement plutôt que de les contraindre à quitter leur domicile sans leur fournir de nouvel hébergement convenable ni d'indemnisation suffisante.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en français ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à cesser immédiatement de menacer d'expulsion forcée les habitants de Jalousie, qu'elles n'ont pas consultés et à qui elles n'ont pas proposé de nouveau logement convenable ni d'indemnisation suffisante ;

exhortez-les à engager un véritable processus de consultation avec les personnes concernées, afin de leur expliquer les problèmes environnementaux qui se posent et de trouver une solution de relogement et d'indemnisation satisfaisante.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 28 AOÛT 2012 :

Président de la République

Michel Joseph Martelly

Palais National

Rue Magny, Port-au-Prince, Haïti

Fax : + 1 202-745-7215 (via l’ambassade d’Haïti aux États-Unis)

Twitter : « Appel au président haïtien @MichelJMartelly pour l’arrêt des expulsions forcées à Jalousie #Haïti Veuillez RT »

communications@presidentmartelly.ht

Formule d'appel : Monsieur le Président, Ministre de l'Environnement

Joseph Ronald Toussaint

Ministre de l'Environnement

Ministère de l'Environnement

4 Impasse Acajou, Rue Pomeyrac

Delmas 95, Pétion-Ville

josephronaldt@yahoo.fr

Formule d'appel : Monsieur le Ministre,

��

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques d'Haïti dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

MENACES D'EXPULSIONS FORCÉES

COMPLÉMENT D'INFORMATION

La population de Jalousie, qui avoisine les 60 000 personnes, s'est considérablement accrue depuis le séisme dévastateur de janvier 2010. Plus de 400 000 personnes vivent toujours sous des tentes dans la capitale et ses environs, et nombre d'entre elles risquent d'être expulsées de force.

Nom : 450 familles

Genre : hommes et femmes

AU 213/12, AMR 36/007/2012, 17 juillet 2012

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE