Document - Cuban man targeted for government criticism

Cuba. Un homme pris pour cible pour avoir critiqué le gouvernement

AU 333/12, AMR 25/026/2012 - Cuba 15 novembre 2012 15 novembre 2012

ACTION URGENTE

CUBA. UN HOMME PRIS POUR CIBLE POUR AVOIR CRITIQUÉ LE GOUVERNEMENT

Le détracteur du gouvernement Antonio Rodiles est accusé d'avoir « résisté à l'autorité ». On pense que ce chef d'inculpation a pour but de le punir et de l'empêcher de critiquer pacifiquement les politiques gouvernementales cubaines.

Antonio Rodiles, coordinateur d'une initiative de la société civile appelant le gouvernement à ratifier des traités internationaux relatifs aux droits humains, a été inculpé de « résistance à l'autorité ». Il a été placé en détention provisoire mais la date de son procès n'a pas encore été fixée.

Peu après l'arrestation le 7 novembre 2012 de Yaremis Flores, avocate indépendante et journaliste, Antonio Rodiles, son épouse et plusieurs autres détracteurs du gouvernement sont allés demander où se trouvait cette femme au siège du Département de la sûreté de l'État, appelé Section 21, situé dans le quartier de Marianao à La Havane. Une vingtaine d'individus en civil les ont approchés avant qu'ils n'entrent dans le bâtiment, sous le regard de deux agents du ministère de l'Intérieur. Antonio Rodiles aurait été jeté à terre et immobilisé par quatre hommes. Plusieurs autres militants ont eux aussi été maltraités et forcés à monter dans un véhicule de police, avant d'être conduits dans différents postes de police de la capitale cubaine. Tous ont été relâchés le 11 novembre, sauf Antonio Rodiles.

Le 14 novembre, le bureau du procureur général a informé l'épouse de cet homme que celui-ci était accusé d'avoir « résisté à l'autorité », mais aucun avis d'inculpation officiel n'a encore été rédigé.

Antonio Rodiles est l'un des coordinateurs de Pétition citoyenne pour un autre Cuba, une initiative appelant le gouvernement cubain à ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, que Cuba a signés en 2008. Amnesty International pense que les charges retenues contre cet homme ont pour but de le punir et de l'empêcher de mener ses activités pacifiques en tant que détracteur du gouvernement. L'organisation rassemble actuellement des informations sur cette affaire et sur le traitement réservé à Antonio Rodiles.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à libérer Antonio Rodiles immédiatement et sans condition si elles sont dans l'impossibilité de justifier les charges retenues contre lui, et à enquêter sur les mauvais traitements qui lui auraient été infligés lors de son arrestation ;

priez-les instamment de cesser sans délai de harceler et d'intimider tous les autres citoyens qui exercent pacifiquement leur droit à la liberté d'expression et d'association.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 DÉCEMBRE 2012 À :

Chef de l'État et du gouvernement

Raúl Castro Ruz

Presidente de la República de Cuba

La Habana, Cuba

Fax : +41 22 758 9431 (bureau de Cuba à Genève) ; +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Courriel : cuba@un.int (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Formule d'appel : Estimado Sr Presidente, / Monsieur le Président,

Procureur général

Darío Delgado Cura

Fiscal General de la República

Fiscalía General de la República

Amistad 552, e/Monte y Estrella

Centro Habana, La Habana, Cuba

Formule d'appel : Estimado Sr Fiscal General, / Monsieur le Procureur général,

Copies à :

Ministre de l'Intérieur

General Abelardo Coloma Ibarra

Ministro del Interior y Prisiones

Ministerio del Interior

Plaza de la Revolución

La Habana, Cuba

Fax : +1 212 779 1697 (via la Mission de Cuba auprès de l'ONU)

Courriel : correominint@mn.mn.co.cu

Formule d'appel : Estimado Sr Secretario, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de Cuba dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

CUBA. UN HOMME PRIS POUR CIBLE POUR AVOIR CRITIQUÉ LE GOUVERNEMENT

COMPLÉMENT D'INFORMATION

La journaliste Yaremis Flores a été détenue pendant 48 heures avant d'être libérée sans inculpation. Pendant son incarcération, on l'a menacée de l'accuser de « diffusion de fausses informations nuisant à la paix internationale », ce qui est passible d'un à quatre ans de prison, si elle continuait son activité de journaliste.

Antonio Rodiles a été inculpé en vertu de l'article 143 du Code pénal cubain, qui concerne le chef d'accusation de « résistance », c'est-à-dire la résistance à des représentants de l'État dans le cadre de leurs fonctions. Cette charge est souvent retenue contre des personnes qui semblent avoir protesté lors de leur arrestation. L'article 143 est formulé de façon suffisamment générale pour inclure les formes de résistance non-violentes. Il est parfois utilisé de façon à restreindre illégalement la liberté d'expression.

Le 20 juin 2012, Pétition citoyenne pour un autre Cuba a remis un document comportant 500 signatures à l'Assemblé nationale du pouvoir populaire – l'organe législatif de Cuba, situé à La Havane – qui appelait le gouvernement à ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Avec la Déclaration universelle des droits de l'Homme, ces textes forment la Charte internationale des droits de l'Homme et constituent les principaux instruments internationaux de défense des libertés fondamentales. Depuis que Cuba a signé ces deux pactes en 2008, Amnesty International appelle les autorités à les ratifier pour les faire entrer en vigueur et commencer à les mettre en œuvre.

Antonio Rodiles est aussi le coordinateur d'État de SATS, un forum créé en juillet 2010 pour encourager les débats sur des questions sociales, culturelles et politiques.

Nom : Antonio Rodiles

Genre : homme

AU 333/12, AMR 25/026/2012, 15 novembre 2012

image1.png image2.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE