Document - Colombia: Trade union leader and family threatened

URGENT ACTION

AU 191/13, AMR 23/033/2013 – Colombie 25 juillet 2013

ACTION URGENTE

MENACES CONTRE UN DIRIGEANT SYNDICAL ET SA FAMILLE

Héctor Sánchez, dirigeant syndical colombien, a reçu une menace de mort le 16 juillet. Par ailleurs, des informations ont été volées dans une organisation non gouvernementale (ONG) de Bogotá, la capitale. Cet homme et l’organisation concernée avaient participé à une réunion visant à préparer une parodie de procès de l’industrie pétrolière.

Une menace de mort, constituée de lettres découpées dans un journal, a été déposée le 16 juillet au domicile de Héctor Sánchez, dirigeant de l’Union syndicale ouvrière de l’industrie pétrolière (USO), dans la ville de Puerto Gaitan (département central du Meta). Le message, qui citait les noms de son épouse et de son fils, était formulé ainsi : « Nos condoléances pour la perte de votre épouse et de votre fils, ne laissez pas [un fils] sans père ni une veuve et ne restez pas veuf. » Héctor Sánchez a participé en tant que témoin à une « audition sur l’industrie pétrolière », tenue les 13 et 14 juillet, et a organisé des réunions sur ce thème. À cette occasion, des syndicalistes, des personnes appartenant à des populations indigènes et des paysans ont parlé des atteintes aux droits humains imputables à l’industrie extractive. Une parodie de procès des compagnies pétrolières doit avoir lieu en août.

Le 20 juillet, des ordinateurs portables et de bureau, ainsi que des enregistrements audio et vidéo, ont été dérobés dans les locaux du Réseau de fraternité et de solidarité avec la Colombie (REDHER), ONG basée à Bogotá, mais les auteurs du vol ont aussi fouillé un tiroir sans toucher à l’argent qui s’y trouvait. Le REDHER, qui recueillait des informations sur l’audience et la situation à Puerto Gaitan, est l’une des organisations qui soutiennent la préparation de la parodie de procès. Parallèlement à cela, son site Internet et ceux des autres organisations concernées, comme le Comité de solidarité avec les prisonniers politiques (CSPP), ont été piratés.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

dites-vous inquiet pour la sécurité de Héctor Sánchez et de sa famille, ainsi que des autres membres de l’USO et des participants à la parodie de procès ;

demandez-leur d’assurer la protection des personnes menacées, dans le respect de leurs souhaits ;

engagez-les à diligenter une enquête exhaustive et impartiale sur la menace de mort proférée à l’encontre de Héctor Sánchez et de sa famille et sur le vol qui a eu lieu dans les locaux du REDHER, à en rendre les conclusions publiques et à déférer à la justice les responsables présumés de ces faits.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 SEPTEMBRE 2013 À :

Président

Presidente Juan Manuel Santos

Presidente de la República, Palacio de Nariño, Carrera 8 No.7-26

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631

Formule d’appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre de l’Intérieur

Fernando Carrillo Flórez

Ministerio del Interior

Calle 12 B No. 8-46, Piso 1

Bogotá

Colombie

Fax : +57 1 283 9876

Formule d’appel : Estimado

Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,

Procureur général

Eduardo Montealegre

Fiscalía General de la Nación

Diagonal 22B No. 52-01 (Ciudad Salitre)

Bloque C Piso 4

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 570 2000 (composez le 2023 quand vous tombez sur le répondeur)

Formule d’appel : Estimado Sr. Fiscal General, / Monsieur le Procureur général,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d’appel.

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

MENACES CONTRE UN DIRIGEANT SYNDICAL ET SA FAMILLE

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Les syndicats et les organisations de défense des droits humains et des droits sociaux sont souvent accusés de collaborer ou de sympathiser avec la guérilla par les représentants du gouvernement, ainsi que par les forces de sécurité et les paramilitaires. Il n’est pas rare que ces accusations soient suivies de menaces ou d’agressions contre des militants des droits humains. Les guérilleros, pour leur part, menacent et tuent les personnes qu’ils accusent de collaborer avec leurs ennemis.

La Colombie est l’un des pays où le taux d’homicides de syndicalistes est le plus élevé. Dans ce pays, ces personnes sont fréquemment menacées de mort et tuées dans le cadre de conflits sociaux et de la lutte pour les droits socio-économiques.

Les syndicalistes de l’USO sont régulièrement menacés et victimes d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées, commises par des paramilitaires, qui opèrent parfois en collusion avec les forces de sécurité. Certains ont aussi été tués, comme Milton Parra, qui a été assassiné le 11 décembre 2012 à Puerto Gaitan (département du Meta). Ce jour-là, il avait reçu une menace de mort qui faisait référence à ses fonctions de dirigeant du syndicat.

Nom : Héctor Sánchez (h) et sa famille

Hommes et femmes

AU 191/13, AMR 23/033/2013, 25 juillet 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE