Document - Colombia: Further information: Organizations and unions threatened

Colombie. Des organisations et des syndicats menacés

Action complémentaire sur l'AU 126/10, AMR 23/026/2011 – Colombie 26 août 2011

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES ORGANISATIONS ET DES SYNDICATS MENACÉS

Le 23 août, plusieurs ONG de défense des droits humains et syndicats colombiens ont été menacés de mort par les Aigles noirs – Nouvelle génération, un groupe paramilitaire, dans le département du Valle del Cauca, dans l'ouest de la Colombie.

Le 23 août, Walter Agredo Muñoz, membre de la section Valle del Cauca du Comité de solidarité pour les prisonniers politiques (CSPP), et Martha Giraldo, membre de la section Valle del Cauca du Mouvement national des victimes de crimes d'État (MOVICE), ont reçu le même SMS contenant des menaces adressées à plusieurs ONG et syndicats : « vous allez mourir, communistes déguisés en FARC ». Ce message mentionnait ensuite l'Association pour l'investigation et l'action sociale (NOMADESC), l'Association pour le développement social intégral (ECATE), le Processus des communautés noires (PCN), le MOVICE et le CSPP (organisations non-gouvernementales), ainsi que deux syndicats, la Centrale unitaire des travailleurs (CUT) et le Syndicat des travailleurs et employés universitaires de Colombie (SINTRAUNICOL). Le SMS indiquait que les Aigles noirs – Nouvelle génération menaçaient de détruire ces organismes en trois jours et évoquait les « chiens indigènes », expression très péjorative.

Ce message est le dernier en date d'une série de menaces de mort adressées par des paramilitaires à des syndicats et des organisations de défense des droits humains dans la région.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur les menaces de mort adressées à des membres de NOMADESC, de l'ECATE, du PCN, du MOVICE, du CSPP, du CUT et du SINTRAUNICOL, ainsi qu'aux populations indigènes travaillant dans les départements du Cauca et du Valle del Cauca, à rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice ;

demandez-leur instamment de fournir une protection à ces personnes, dans le respect de leurs souhaits ;

rappelez-leur qu'elles doivent respecter leurs obligations vis-à-vis de la situation des défenseurs des droits humains, conformément à la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'homme ;

priez-les instamment de prendre des mesures immédiates pour démanteler les groupes paramilitaires, conformément aux engagements pris par le gouvernement et aux recommandations des Nations unies et d'autres organisations intergouvernementales.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 OCTOBRE 2011 À :

Président de la Colombie

Juan Manuel Santos

Presidente de la República

Palacio de Nariño

Carrera 8 No.7-26

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631

Formule d'appel : Excmo. Sr. Presidente Santos , / Monsieur le Président,

Ministre de l'Intérieur

Germán Vargas Lleras

Ministerio Del Interior

Carrera 9a. No. 14-10,

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 599 8961

Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro Vargas , / Monsieur le Ministre,

Ministre de la Défense

Rodrigo Rivera Salazar

Ministerio de Defensa

Carrera 54, no.26-29

Centro Administrativo Nacional

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 266 1003

Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro Rivera , / Monsieur le Ministre,

Veuillez également envoyer des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s) ; adresse(s) ; numéro de fax ; courriel ; formule d'appel

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la troisième mise à jour de l'AU 126/10. Pour plus informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR23/039/2010/fr.

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES ORGANISATIONS ET DES SYNDICATS MENACÉS

En Colombie, des dizaines de défenseurs des droits humains et de syndicalistes ont été menacés ou tués dans les départements du Valle del Cauca et du Cauca. L'année dernière, des groupes paramilitaires comme les Aigles noirs – Nouvelle génération ont fréquemment menacé ces personnes ainsi que des communautés indigènes et afro-colombiennes dans la même région.

En décembre 2010, Martha Lucía Giraldo, membre du MOVICE, Cristina Castro, membre du CSPP, Berenice Celeyta, présidente de NOMADESC, et Ayda Quilcué, ancienne présidente du Conseil régional indigène du Cauca (CRIC), ont reçu un SMS signé des Aigles noirs – Nouvelle génération, les accusant, ainsi que d'autres ONG, syndicats et dirigeants indigènes, d'être des guérilléros et menaçant de les tuer.

Dans le contexte du conflit armé qui déchire la Colombie depuis longtemps, les forces de sécurité et les groupes paramilitaires assimilent souvent les membres d'organisations de défense des droits humains et de syndicats à des collaborateurs ou des sympathisants de la guérilla, et sont allés jusqu'à menacer, enlever ou tuer certains d'entre eux. Des défenseurs des droits humains, des syndicalistes et d'autres civils ont également été menacés, voire tués, par des groupes de guérilleros qui les accusaient de se ranger du côté de leurs ennemis.

Les groupes paramilitaires colombiens sont censés avoir été démobilisés dans le cadre d'un programme lancé par le gouvernement en 2003, mais les menaces proférées contre des organisations de défense des droits humains et des syndicats dans les départements du Valle del Cauca, du Cauca et ailleurs montrent qu'ils sont toujours actifs.

Ces dernières années, des mouvements de guérilla ont également été à l'origine de nombreux homicides et menaces dont ont été victimes des défenseurs des droits humains, des syndicalistes et des membres de la population indigène et afro-colombienne dans le sud-ouest de la Colombie.

Noms : Walter Agredo Muñoz (m), Martha Giraldo (f)

Action complémentaire sur l'AU 126/10, AMR 23/026/2011, 26 août 2011

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE