Document - Sudan: Sudanese student’s life at risk: Siddig Salah Siddig al-Bashir

Soudan. La vie d'un étudiant soudanais menacée

AU 224/12, AFR 54/034/2012 – Soudan 26 juillet 2012

ACTION URGENTE

LA VIE D'UN ÉTUDIANT SOUDANAIS EST MENACÉE

Le 19 juillet, les forces de sécurité ont arrêté Siddig Salah Siddig al Bashir, étudiant de troisième cycle, à son domicile dans la capitale soudanaise, Khartoum. Sa famille a tenté à plusieurs reprises d'obtenir des informations sur le lieu où il se trouve. Le 24 juillet, le Service national de la sûreté et du renseignement a nié le détenir. La vie de cet homme pourrait être en danger.

Le 19 juillet à minuit, plus de 50 agents en civil du Service national de la sûreté et du renseignement ont encerclé le domicile familial de Siddig Salah Siddig al Bashir. Ils ont fouillé la maison avant de lui bander les yeux et de l'arrêter devant ses proches. Lorsque sa mère s'est plainte de la façon dont il était traité et a essayé d'empêcher les agents de partir avec son fils, l'un d'eux lui a tordu le bras et l'a menacée en pointant un pistolet sur sa tête. Le frère de Siddig Salah Siddig al Bashir a également tenté d'intervenir, mais il a été frappé et arrêté comme lui. Il a été libéré le lendemain après avoir été torturé en détention. On ignore toujours où se trouve Siddig Salah Siddig al Bashir.

Ce dernier est étudiant de troisième cycle à l'université de Khartoum. Par le passé, il a été militant au sein du Front démocratique étudiant et du Parti communiste soudanais (PCS). Au cours des opérations visant à réprimer les récents soulèvements et manifestations au Soudan, des dizaines de militants connus ont été arrêtés, qu'ils aient participé ou non à ces événements. Il est probable que l'arrestation de Siddig Salah Siddig al Bashir s'inscrive dans cette répression.

Ses proches se sont rendus dans les locaux du Service national de la sûreté et du renseignement à trois reprises pour tenter d'obtenir des informations sur son lieu de détention. La troisième fois, le 24 juillet, un employé de cet organe leur a indiqué que celui-ci n'avait aucun détenu nommé Siddig Salah Siddig al Bashir sous sa responsabilité et a refusé de leur fournir plus d'informations ou d'aide.

Le démenti du Service national de la sûreté et du renseignement concernant la détention de Siddig Salah Siddig al Bashir alors qu'il a été arrêté par des agents de cet organe plusieurs jours auparavant pourrait s'apparenter à une disparition forcée, situation qui le soustrairait à la protection de la loi. Ne pouvant pas consulter d'avocat ni contacter sa famille, il risque fort de subir des actes de torture et d'autres mauvais traitements, et sa vie pourrait être menacée.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

appelez les autorités soudanaises à informer immédiatement les proches de Siddig Salah Siddig al Bashir du lieu où il se trouve et de son statut au regard de la loi, en exprimant votre inquiétude à l'idée qu'il n'ait été soumis à une disparition forcée ;

exhortez-les à veiller à ce qu'il ne soit ni torturé, ni soumis à d'autres formes de mauvais traitements pendant sa détention ;

priez-les instamment de faire le nécessaire pour qu'il soit autorisé sans délai à contacter sa famille et l'avocat de son choix et à bénéficier de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin ;

engagez-les à garantir la libération de Siddig Salah Siddig al Bashir s'il n'est pas rapidement inculpé d'une infraction dûment reconnue par la loi.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 SEPTEMBRE 2012 À :

Ministre de l'Intérieur

Ibrahim Mohamed Hamed

Ministry of Interior

PO Box 873

Khartoum

Soudan

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre de la Justice

Mohammed Bushara Dousa

Ministry of Justice

PO Box 302

Al Nil Avenue

Khartoum

Soudan

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Président du Soudan

HE Omar Hassan Ahmad al-Bashir

Office of the President

People's Palace

PO Box 281

Khartoum, Soudan

Courriel : info@sudan.gov.sd

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,�

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Soudan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

LA VIE D'UN ÉTUDIANT SOUDANAIS EST MENACÉE

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Les autorités soudanaises harcèlent, arrêtent et maltraitent souvent des militants connus et des manifestants non violents. Depuis janvier 2011, le Soudan est le théâtre de fréquentes manifestations inspirées des mouvements de protestation qui ont vu le jour au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et appelant au changement politique et à l'amélioration des conditions socioéconomiques.

Depuis le début des derniers rassemblements en date le 16 juin 2012, des dizaines de militants, de blogueurs et de journalistes ont été arrêtés et placés en détention par les autorités qui tentent ainsi d'étouffer la dissidence, qu'ils aient participé ou non à des manifestations.

Amnesty International a recueilli des informations sur de nombreux cas de manifestants torturés ou soumis à d'autres mauvais traitements par le Service national de la sûreté et du renseignement, en particulier depuis que le récent mouvement de protestation a débuté, à la mi-juin 2012. Des détenus ont ainsi été battus à coups de poing, de tuyaux d'arrosage, de conduites en plastique, de bâtons et de barres métalliques. Certains ont également été privés de sommeil et forcés à rester debout ou assis de longues heures en plein soleil, par une température dépassant les 40 °C.

Nom : Siddig Salah Siddig al Bashir

Genre : homme

AU 224/12, AFR 54/034/2012, 26 juillet 2012

image1.png image2.png image3.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE