Document - Sudan: Further information: High-profile Sudanese activist released: Magdi Aqasha

Soudan. Libération d'un militant soudanais de premier plan

Informations complémentaires sur l'AU 183/12, AFR 54/030/2012 – Soudan 10 juillet 2012

ACTION URGENTE

LIBÉRATION D'UN MILITANT SOUDANAIS DE PREMIER PLAN

Magdi Aqasha, dirigeant du groupe militant soudanais de premier plan Sharara (« Jeunesse pour le changement »), a été libéré le 2 juillet après avoir été détenu dans les locaux du Service national de la sûreté et du renseignement, où il a été battu et victime d'autres mauvais traitements. Il est désormais libre mais doit toujours répondre d'accusations pénales.

Magdi Aqasha a été arrêté le 24 juin 2012 après avoir été impliqué dans un accident de la route avec un motard du Service national de la sûreté et du renseignement qui l'avait pris en filature. Le 27 juin, il a été inculpé de tentative de meurtre et de résistance à l'arrestation, puis transféré au bureau du Service national de la sûreté et du renseignement situé rue du Nil, à Khartoum, la capitale.

Pendant sa détention, des agents l'ont giflé et frappé à maintes reprises au moyen de bâtons, l'ont forcé à rester assis de longues heures sous un soleil de plomb, l'ont privé de sommeil et l'ont menacé de mort. Il a été libéré le 2 juillet mais doit désormais se présenter quotidiennement au Service national de la sûreté et du renseignement. Le 5 juillet, il a refusé de le faire.

Le tribunal pénal de Khartoum l'a cité à comparaître mais l'agent du Service national de la sûreté et du renseignement qui a porté les accusations contre lui n'était pas présent. L'audience a donc été reportée au 29 juillet. Magdi Aqasha est désormais libre, bien que les charges retenues contre lui n'aient pas été abandonnées.

Magdi Aqasha et sa famille ont fait part de leur gratitude à l'égard d'Amnesty International et de tous ceux et celles qui ont agi en faveur de cet homme. L'organisation continuera de suivre l'évolution de la situation et lancera des appels à l'action si nécessaire. Aucune action complémentaire n'est requise pour le moment.

Ceci est la première mise à jour de l'AU 183/12. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR54/027/2012/fr.

ACTION URGENTE

LIBÉRATION D'UN MILITANT SOUDANAIS DE PREMIER PLAN

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Le 17 juin, des manifestations ont eu lieu à l'université de Khartoum après que le président Omar el Béchir a annoncé que les subventions sur les carburants et les produits alimentaires de première nécessité allaient être supprimées en raison de la crise fiscale nationale. Ce mouvement a déclenché des manifestations de plus grande ampleur, organisées quotidiennement à Khartoum, dans sa banlieue et dans les capitales provinciales.

Les autorités ont réagi en faisant usage d'une force excessive. La police a utilisé des matraques, du gaz lacrymogène et des balles recouvertes de caoutchouc contre les manifestants. Par ailleurs, le Service national de la sûreté et du renseignement a lancé une répression large et systématique visant la société civile : il a arrêté des centaines de personnes, non seulement des manifestants mais aussi des centaines de membres de partis d'opposition, de jeunes militants, d'avocats, de journalistes et de représentants d'organisations non gouvernementales.

Certains détenus ont été libérés sans inculpation au bout de quelques heures. D'autres ont été emmenés dans des lieux de détention officieux, où ils ont été torturés – notamment battus à coups de poing, de bâtons en bois et de barres métalliques. Plusieurs personnes arrêtées pour leur participation aux manifestations ont aussi été inculpées de « trouble à l'ordre public » et condamnées à des amendes ou à des peines de flagellation, qui s'apparentent à des actes de torture et autres mauvais traitements.

Nom : Magdi Aqasha

Genre : homme

Informations complémentaires sur l'AU 183/12, AFR 54/030/2012, 10 juillet 2012

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE