Document - Sudan: Further information: Health concerns for Sudanese detainee

Soudan. Craintes pour la santé d'un détenu soudanais


Action complémentaire sur l'AU 18/11, AFR 54/014/2011 – Soudan 13 mai 2011


ACTION URGENTE

CRAINTES POUR LA SANTÉ D'UN DÉTENU SOUDANAIS

Presque tous les manifestants arrêtés fin janvier pendant les mouvements de protestation à Khartoum ont maintenant été relâchés. Seul un homme, Adil Ibrahim Karar, est maintenu en détention. Il souffre de graves crises d'asthme et de problèmes au dos.

Du 30 janvier au 21 mars, plusieurs manifestations ont été organisées à Khartoum, à Omdurman et dans les villes alentour, dans le nord du Soudan. Plus de 70 personnes ont été interpellées et si beaucoup ont été libérées dans les heures qui ont suivi, plusieurs dizaines ont été maintenues en détention pendant des semaines dans les locaux du Service national de la sûreté et du renseignement (NISS), dans le quartier de Bahri, à Khartoum-Nord. Elles y auraient été victimes de torture et d'autres mauvais traitements aux mains des agents du NISS. Adil Ibrahim Karar est le seul militant encore détenu.

Le 31 janvier, Adil Ibrahim Karar, 56 ans, a été arrêté par le NISS dans une librairie à Omdurman car il était soupçonné de vouloir participer aux mouvements de protestation. Il n'a été inculpé d'aucune infraction reconnue par la loi et est détenu par des agents du NISS dans un endroit inconnu, à Khartoum.

Adil Ibrahim Karar souffre d'asthme et de problèmes au dos. Il se serait vu refuser tout traitement médical et tout accès à des antidouleurs. Il risque d'être victime de torture ou d'autres mauvais traitements.

La famille d'Adil Ibrahim Karar a réclamé la libération de ce dernier aux autorités soudanaises mais elle n'a, à ce jour, reçu aucune information indiquant s'il sera inculpé ou relâché. Le 27 avril, la femme d'Adil Ibrahim Karar et leurs deux enfants, âgés de 13 et 18 ans, ont également été arrêtés par le NISS et détenus pour interrogatoire pendant neuf heures avant d'être relâchés. Ils sont depuis victimes de menaces et harcèlement, du fait de la police, et leur domicile aurait été fouillé deux fois.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

  • exhortez les autorités à permettre à Adil Ibrahim Karar de contacter immédiatement ses proches et ses avocats, et de bénéficier de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin ;

  • engagez-les à libérer cet homme ou à l'inculper d'une infraction reconnue par la loi ;

  • priez-les instamment de diligenter une enquête rapide et efficace sur toutes les allégations d'actes de torture et d'autres graves violations des droits humains ;

  • appelez-les à garantir la sécurité de la femme et des deux enfants d'Adil Ibrahim Karar dans le respect de leurs souhaits, et à les protéger de toute manœuvre d'intimidation ;

  • exhortez-les à mettre fin immédiatement au harcèlement et aux manœuvres d'intimidation dont sont victimes les défenseurs des droits humains au Soudan, et à respecter leur droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique.


ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 JUIN 2011 À :

Ministre de la Justice

Mohammed Bushara Dousa

Ministry of Justice, PO Box 302

Al Nil Avenue

Khartoum, Soudan

Fax : +249 183 764 168

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,


Ministre de l'Intérieur

Ibrahim Mohamed Hamed

Ministry of Interior

PO Box 873

Khartoum, Soudan

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,



Copies à :

Président du Soudan

Omar Hassan Ahmad al-Bashir

Bureau du Président

People's Palace PO Box 281

Khartoum, Soudan

Fax : +249 183 770 621

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Soudan dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la troisième mise à jour de l'AU 18/11. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR54/005/2011/fr, http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR54/006/2011/fr, http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR54/007/2011/fr.

ACTION URGENTE

CRAINTES POUR LA SANTÉ D'UN DÉTENU SOUDANAIS

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le 30 janvier, quelque 2 000 personnes se sont rassemblées à Khartoum pour une manifestation pacifique. Le Service national de la sûreté et du renseignement et la police antiémeute se seraient mis à la recherche des organisateurs du rassemblement la veille. Des policiers antiémeutes armés et des agents du NISS auraient utilisé des matraques et du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Nombre des personnes arrêtées ont été blessées. Selon les informations reçues, Mohamed Abdelrahman, un étudiant, est décédé à l'hôpital le 31 janvier, après avoir été blessé lorsque la police a dispersé la foule.

Les manifestations qui secouent actuellement le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ont commencé en Tunisie début janvier et se sont propagées aux capitales d'autres pays. Inspirés par ces rassemblements, les manifestants soudanais ont appelé à la démocratie et demandé l'amélioration des conditions socio-économiques dans leur pays.


La police et le NISS ont pour habitude d'arrêter et de maltraiter des manifestants pacifiques, en particulier lorsqu'ils réclament le respect de leurs droits. Les organisations et mouvements étudiants sont régulièrement pris pour cible par le NISS. Les journalistes sont harcelés et leur liberté d'expression est restreinte. Les journaux sont également victimes de la censure par intermittence.


Action complémentaire sur l'AU 18/11, AFR 54/014/2011 13 mai 2011

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE