Document - Sudan: Six youth activists detained

Soudan. Six jeunes militants détenus

AU 37/12, AFR 54/006/2012 – Soudan 6 février 2012

ACTION URGENTE

SIX JEUNES MILITANTS DÉTENUS

Six membr es du mouvement étudiant Girifna ont été arrêtés le 25 janvier, après avoir participé à un forum public sur les droits humains. Ils risquent d ' être victimes de torture et d ' autres formes de mauvais traitements.

Amar Dirar, Nagi Musa, Gazi Eltayeb, Mohamed Mahjoub, Sharif Kamal et Omar Hamid ont participé à un forum organisé par Girifna le 25 janvier, dans la ville d'Omdurman. Ce rassemblement était destiné à commémorer le massacre de membres de l'ethnie béja, perpétré en 2005 à Port-Soudan, et à dénoncer le fait que les victimes n'ont pas obtenu justice. Immédiatement après, Amar Dirar, Nagi Musa, Gazi Eltayeb, Mohamed Mahjoub et Sharif Kamal ont été arrêtés par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement et emmenés dans un endroit tenu secret. Omar Hamid a été interpellé alors qu'il rentrait chez lui. Le 29 janvier, ces six militants ont, semble-t-il, été transférés à la prison de Kober à Khartoum, la capitale. S'il s'avère qu'ils sont détenus uniquement pour avoir participé de manière pacifique au forum en question, Amnesty International les considèrera comme des prisonniers d'opinion.

Nagi Musa et Amar Dirar avaient déjà été arrêtés par la police le 29 novembre 2011. Ils avaient participé, aux côtés d'autres membres de Girifna, à un forum public au marché d'Omdurman et avaient distribué des tracts appelant à militer contre la détérioration des conditions socioéconomiques au Soudan. Placés en détention, ils auraient été interrogés et torturés par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement, avant d'être libérés sans inculpation quelques jours plus tard.

Le mouvement Girifna (« On en a marre ! ») a été créé en octobre 2009, à l'approche des élections présidentielle et parlementaire de 2010, pour faire campagne contre le président Omar el Béchir et le Congrès national – parti au pouvoir au Soudan.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

appelez les autorités à libérer immédiatement et sans condition Amar Dirar, Nagi Musa, Gazi Eltayeb, Mohamed Mahjoub, Sharif Kamal et Omar Hamid si ces hommes sont détenus uniquement pour avoir participé à un forum public ;

exhortez-les à veiller à ce que ces six militants ne soient pas torturés ni soumis à d'autres mauvais traitements, et puissent sans délai entrer en contact avec leur famille, consulter leurs avocats et bénéficier de tous les soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin ;

engagez-les à mettre fin immédiatement au harcèlement et aux manœuvres d'intimidation visant des militants au Soudan, et à respecter le droit de ces personnes à la liberté d'expression et de réunion pacifique.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 19 MARS 2012 :

Ministre de la Justice

Mr Mohammed Bushara Dousa

Ministry of Justice, PO Box 302

Al Nil Avenue

Khartoum, Soudan

Fax : +249 183 764 168 Salutation : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre de l'Intérieur

Mr Ibrahim Mohamed Hamed

Ministry of Interior

PO Box 873

Khartoum, Soudan

Formule d ' appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Président soudanais

HE Omar Hassan Ahmad Al Bashir

Office of the President

People's Palace, PO Box 281

Khartoum, Soudan

Fax : +249 183 770 621

Courriel : info@sudan.gov.sd

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Soudan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

SIX JEUNES MILITANTS DÉTENUS

complÉment d ' INFORMATION

Inspirés par les mouvements de protestation qui ont commencé début janvier 2011 en Tunisie avant de s'étendre à l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient, des centaines de manifestants à travers le Soudan sont descendus dans la rue en 2011 pour réclamer la démocratie et l'amélioration de la situation socioéconomique. La police soudanaise et le Service national de la sûreté et du renseignement ont réagi en interpellant et maltraitant fréquemment des manifestants pacifiques.

Les organisations et mouvements étudiants sont régulièrement pris pour cible. De mi-décembre 2011 à janvier 2012, des étudiants de l'université de Khartoum ont manifesté pacifiquement en signe de solidarité avec les Manasirs, groupe ethnique chassé de ses terres à cause de la construction du barrage de Méroé, dans l'État du Nil. Ces mouvements de protestation ont été violemment dispersés le 22 décembre par la police et les forces de sécurité, qui ont utilisé des matraques et du gaz lacrymogène. De nombreux étudiants ont été arrêtés pendant et après les manifestations et certains ont été grièvement blessés par les forces de sécurité, qui ont fait usage d'une force excessive.

Taj Alsir Jaafar, militant étudiant et membre de Girifna, figurait parmi les personnes arrêtées. Il aurait été interpellé et placé en détention parce qu'il a participé à un sit-in organisé à l'université de Khartoum pour protester, entre autres, contre les violences policières. Il est actuellement détenu au secret dans un lieu inconnu.

La Loi de 2010 relative à la sécurité nationale accorde au Service national de la sûreté et du renseignement le pouvoir d'effectuer des perquisitions, de saisir des biens et de maintenir des personnes en détention sans contrôle judiciaire pendant une période pouvant atteindre quatre mois et demi. En outre, ses agents bénéficient de l'immunité de poursuites pour tout acte commis dans le cadre de leurs fonctions.

Nom : Amar Dirar, Nagi Musa, Gazi Eltayeb, Mohamed Mahjoub, Sharif Kamal

Genre : hommes

AU 37/12, AFR 54/006/2012, 6 février 2012

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE