Document - Equatorial Guinea: Further Information on: Fear for safety/Health concern

ACTION URGENTE

DOCUMENT PUBLIC AFR 24/018/2005 – ÉFAI
Action complémentaire sur l’AU 134/05 (AFR 44/009/2005 du 20 mai 2005) et sa mise à jour (AFR 24/016/2005 du 26 août 2005)

Avertissement : Amnesty International défend des individus sans prendre position ni sur leurs idées
ni sur les organisations auxquelles ils pourraient adhérer.

PRÉOCCUPATIONS POUR LA SANTÉ
CRAINTES POUR LA SÉCURITÉ

GUINÉE ÉQUATORIALE / NIGÉRIA

Trois ressortissants de la Guinée équatoriale :

Florencio Elá Bibang (h)

Felipe Esono Ntumu (h)

Antimo Edú (h)

Nouvelle personne menacée :

Juan Ondo Abaga (h), ressortissant de la Guinée équatoriale

________________________________________________________________________________________________________

Londres, le 23 septembre 2005


Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Juan Ondo Abaga ont été jugés par contumace par un tribunal militaire de la ville de Bata, en Guinée Équatoriale, du 6 au 19 septembre. Ils ont été condamnés à une peine de trente ans de réclusion pour leur implication présumée dans une tentative de coup d’État apparemment menée le 8 octobre 2004. Il semble qu’Antimo Edú n’ait pas été jugé. Le lieu de détention des quatre hommes n’a pas été confirmé et Amnesty International est inquiète pour leur sécurité.

Florencio Elá Bibang, ancien lieutenant-colonel, ainsi que Felipe Esono Ntumu et Juan Ondo Abaga faisaient partie d’un groupe de 70 officiers, anciens officiers et proches du cerveau présumé de la tentative de putsch inculpés de diverses infractions, parmi lesquelles atteinte à la sécurité de l’État, rébellion, trahison et faute, ainsi que tentative de renversement du gouvernement. Le ministère public avait requis contre ces trois hommes et contre trois autres la peine capitale, mais le tribunal s’est abstenu de prononcer une telle sanction.

Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Antimo Edú auraient été arrêtés par les autorités nigérianes en avril, alors qu’ils cherchaient, manifestement, à gagner le Bénin afin d’y déposer une demande d’asile. Ils auraient été placés en détention dans des locaux des services de renseignements militaires à Lagos, au Nigéria. Ils y auraient été enlevés le 3 juillet par des membres des services de sécurité équato-guinéens. Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Antimo Edú auraient alors été conduits dans la capitale de Guinée Équatoriale, Malabo. Selon les informations recueillies, Juan Ondo Abaga a été enlevé au Bénin par des représentants des services de sécurité équato-guinéens.

Le 20 septembre, la station de radio nationale de Guinée Équatoriale a indiqué que Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Juan Ondo Abaga ne se trouvaient pas sur le territoire national. Toutefois, Amnesty International a été informée que les quatre hommes nommés ci-dessus étaient détenus au secret depuis leur enlèvement dans la prison de Black Beach, à Malabo.

Selon des informations récentes, Florencio Elá Bibang souffre d’hépatite C, et non d’hépatite A comme précédemment indiqué. Il est à craindre qu’il ne reçoive pas les soins médicaux dont il a besoin.


ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après :

APPELS DESTINÉS AUX AUTORITÉS ÉQUATO-GUINÉENNES (en espagnol ou dans votre propre langue) :

– dites-vous préoccupé à l’idée que Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu, Juan Ondo Abaga et Antimo Edú n’aient « disparu », étant donné que leur lieu de détention n’a pas été confirmé ;

– déclarez-vous préoccupé par le fait que trois de ces hommes ont été jugés par contumace, au mépris du droit international et de la législation nationale ;

– faites remarquer que le 20 septembre, la station de radio nationale de Guinée Équatoriale a annoncé que ces hommes ne se trouvaient pas sur le territoire équato-guinéen ;

– dites qu’Amnesty International dispose d’informations indiquant qu’ils sont détenus au secret dans la prison de Black Beach, à Malabo, depuis leur enlèvement au Bénin et au Nigéria cette année ;

– exhortez les autorités à révéler sans délai le lieu de détention des quatre hommes ;

– priez-les instamment de veiller à ce qu’ils soient traités avec humanité et, notamment, à ce qu’ils ne soient ni torturés ni soumis à d’autres formes de mauvais traitements, et demandez-leur de faire le nécessaire pour qu’ils puissent immédiatement consulter un avocat, recevoir la visite de leurs proches et bénéficier des soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin.


NB : il est possible que les télécopieurs soient éteints en dehors des heures de bureau ; il faut ajouter une heure à l’heure GMT pour obtenir l’heure locale.

Président de la République :

General Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Presidente de la República

Gabinete del Presidente de la República

Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 3313 / 3334

Formule d'appel : Su Excelencia, / Monsieur le Président de la République,


Ministre de la Justice :

Sr. Don Angel Masié Mibuy

Ministro de Justicia y Culto

Ministerio de Justicia y Culto

Malabo

Guinée équatoriale

Fax : +240 09 2126

Formule d'appel : Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,


Procureur général :

Sr. Don José Oló Obono

Fiscal General de la República

Fiscalía General de la República

Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 1338

Formule d’appel : Sr Fiscal, / Monsieur le Procureur général,



APPELS DESTINÉS AUX AUTORITÉS NIGÉRIANES (en anglais ou dans votre propre langue) :

– dites-vous préoccupé à l’idée que Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Antimo Edú n’aient « disparu » en Guinée Équatoriale après avoir été enlevés par des membres des services de sécurité équato-guinéens et renvoyés de force du Nigéria en juillet 2005 ;

– demandez instamment que soit conduite une enquête indépendante et impartiale sur l’enlèvement au Nigéria de Florencio Elá Bibang, Felipe Esono Ntumu et Antimo Edú, que les responsables présumés soient déférés à la justice et que les victimes soient pleinement dédommagées.


Ministre de la Justice et procureur général du Nigéria :
Chief Bayo Ojo

Minister of Justice and Attorney General of the Federation

Attorney-General’s Chambers

Federal Secretariat Complex

10th Floor, Shehu Shagari Way

PMB 192 Abuja, Nigéria

Fax : + 234 9 523 5208

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,


COPIES À :

Ministre des Affaires étrangères de Guinée équatoriale :

Sr Don Pastor Micha Ondo Bilé

Ministro de Asuntos Exteriores

Ministerio de Asuntos Exteriores

Malabo

Guinée équatoriale

Fax : +240 09 3132 / 2320

Président de la Commission parlementaire des droits humains de Guinée équatoriale :

Sr Don Salomón Nguema Owono

Presidente de la Cámara de Representantes del Pueblo y de la Comisión de Derechos Humanos de la Cámara de Representantes del Pueblo

Avenida de la Independencia s/n

Apartado 51, Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 3313


Ministre nigérian de l’Intérieur :

Ambassador Magaji Muhammed

Minister of Internal Affairs

Block F Old Federal Secretariat

Garki Area 1, P.M.B. 16, Garki

Abuja, Nigéria

Fax : +234 92342426/ 92346884/ 92342902

Formule d'appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,


ainsi qu'aux représentants diplomatiques de la Guinée équatoriale et du Nigéria dans votre pays.


PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.
APRÈS LE 4 NOVEMBRE 2005, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.



La version originale a été publiée par Amnesty International,
Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni.
La version française a été traduite et diffusée par Les Éditions Francophones d'Amnesty International - ÉFAI -
Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l'adresse suivante :
http://www.efai.org

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE