Document - Equatorial Guinea: Further Information on: Fear for safety/fear of torture/medical concern

ACTION URGENTE

DOCUMENT PUBLIC AFR 24/010/2004 – ÉFAI
Action complémentaire sur l’AU 215/04 (AFR 24/008/2004 du 2 juillet 2004)

Avertissement : Amnesty International défend des individus sans prendre position ni sur leurs idées
ni sur les organisations auxquelles ils pourraient adhérer


CRAINTES POUR LA SÉCURITÉ
CRAINTES DE TORTURE / PRÉOCCUPATIONS POUR LA SANTÉ


GUINÉE ÉQUATORIALE

Marcelino Nguema Esono (h), âgé de 40 à 45 ans

Jerónimo Mbá Obama (h)

José Antonio Nguema (h)

Leoncio (h)

Nouveaux noms :

Pedro Esono Esono (h)

Antonio Mbá Ndong (h)

Alfredo Asumu (h)

Purificación Bindang (f)

Francisco Briones Garriga (h)

________________________________________________________________________________________________________

Londres, le 29 juillet 2004


Jerónimo Mbá Obama aurait été conduit à l’hôpital à Malabo dans la nuit du 13 juillet en raison de la forte détérioration de son état de santé qui serait due aux tortures qu’il a subies. Selon les informations reçues, il a été gravement torturé après son arrestation. Il a également, semble-t-il, fait une grave crise de malaria. Des membres du personnel pénitentiaire sont venus le chercher à l’hôpital deux jours plus tard et l’ont reconduit de force en prison, sans que les médecins aient donné leur accord. Jerónimo Mbá Obama et les autres hommes qui ont été arrêtés le 27 juin seraient toujours maintenus en détention au secret. Apparemment, chaque homme reçoit tous les cinq jours une bouteille d’eau et deux petits pains.


Marcelino Nguema Esono, qui a reçu une balle dans l’estomac lors de son arrestation, n’a, à notre connaissance, reçu aucun soin médical.


Cinq autres personnes, dont les noms sont indiqués plus haut, sont détenues dans le principal poste de police de Bata. Elles ont été arrêtées sur l’île de Cosico le 29 mai lorsque les forces de sécurité ont déjoué une attaque présumée contre cette île. Elles faisaient partie d’un groupe de 24 équato-guinéens qui vivaient à Libreville, au Gabon, et qui auraient mené cette [soi-disant] attaque. Lorsque les assaillants ont réalisé qu’ils allaient être écrasés en nombre, cinq d’entre eux environ sont parvenus à s’échapper et à regagner le Gabon. Les autres ont tenté de se cacher mais les forces de sécurité ont réussi à les rassembler. Elles auraient alors exécuté de manière extrajudiciaire 12 puis 15 d’entre eux avant qu’un haut responsable de l’armée arrivé par hélicoptère ne mette fin à cette tuerie. Les cinq personnes en question ont alors été arrêtées.


La télévision a diffusé des images de ces cinq personnes après leur arrestation. Elles avaient visiblement été torturées. Alfred Asumu a été suspendu au plafond et frappé si violemment qu’il ne peut plus se servir de ses mains. L’on sait que lui-même et Antonio Mbá Ndong ont demandé des soins médicaux mais que ces soins leur ont été refusés. Aucune des personnes de ce groupe n’a été soignée. Les quatre hommes du groupe sont maintenus menottés.


ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés
ci-après (en espagnol ou dans votre propre langue) :

– dites-vous préoccupé(e) par le fait que ces neuf personnes en détention (citez leurs noms) ont, semble-t-il, été torturées et demandez aux autorités de veiller à ce qu’il soit immédiatement mis fin aux actes de torture ;


– faites part de votre inquiétude quant au fait qu’elles sont toutes maintenues en détention au secret et demandez qu’il leur soit permis de communiquer avec leur famille et avec un avocat, et qu’elles reçoivent de la nourriture et de l’eau en quantité suffisante ;


– dites-vous préoccupé(e) par le fait que les autorités pénitentiaires ont fait sortir Jerónimo Mbá Obama de l’hôpital avant même qu’il n’ait été complètement guéri, et sans y être autorisées par les médecins, et demandez que Jerónimo Mbá Obama et les autres détenus reçoivent immédiatement les soins médicaux que leur état de santé requiert.


APPELS À :

Président de la République :

General Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Presidente de la República

Gabinete del Presidente de la República

Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 3313 / 3334

Formule d'appel : Excelência, / Monsieur le Président de la République,


Ministre de la Justice :

Sr Don Angel Masié Mibuy

Ministro de Justicia y Culto

Ministerio de Justicia y Culto

Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 2115

Formule d'appel : Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,


Ministre de la Sécurité nationale :

Colonel Manuel Nguema Mbá

Ministro de la Seguridad Nacional

Ministerio de la Seguridad Nacional

Malabo, Guinée équatoriale

Formule d’appel : Sr Ministro, / Monsieur le Ministre,

Fax : via n’importe lequel des numéros de fax donnés


COPIES À :

Ministre des Affaires étrangères :

Pastor Micha Ondo Bilé

Ministro de Asuntos Exteriores

Ministerio de Asuntos Exteriores

Malabo, Guinée équatoriale

Fax : +240 09 3132 / 2320


ainsi qu'aux représentants diplomatiques de la Guinée équatoriale dans votre pays.



PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.
APRÈS LE 9 SEPTEMBRE 2004, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

La version originale a été publiée par Amnesty International,
Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni.
La version française a été traduite et diffusée par Les Éditions Francophones d'Amnesty International - ÉFAI -
Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l'adresse suivante :
http://www.efai.org

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE