Document - Chad: Seven held since 2007, released in 2011

Tchad. Sept hommes détenus depuis 2007 ont été libérés en 2011


Informations complémentaires sur l'AU 326/07, AFR 20/007/2011 – Tchad 24 juin 2011


ACTION URGENTE

TCHAD. SEPT HOMMES DÉTENUS DEPUIS 2007 ONT ÉTÉ LIBÉRÉS EN 2011

On sait maintenant que sept hommes soumis à une disparition forcée à la fin de l'année 2007 ont été libérés en mars cette année. Ces hommes et leurs familles ont remercié Amnesty International d'avoir fait campagne en leur faveur.

Ces sept hommes avaient été arrêtés par les forces de sécurité tchadiennes le 30 novembre 2007 à Guéréda, une ville de la région du Dar Tama, dans le nord-est du pays. Ils ont été libérés en mars 2011, après plus de trois ans de détention. Au cours d'une rencontre avec un délégué d'Amnesty International organisée au début du mois de juin 2011 à N'Djamena, les hommes et leurs familles ont remercié Amnesty International d'avoir suivi l'évolution de leur situation. Amnesty International avait évoqué leur cas lors de plusieurs réunions avec des responsables de l'État tchadien et des membres de la communauté internationale, notamment des représentants d'ambassades et de l'Organisation des Nations unies dans le pays.


Ces hommes sont : Abelkerim Mahamat Ahmat Taowraye, Abdelazizi Moussa Souleyman, Yacoub Oumar Adam, Youssouf Abdelkerim Abdoulaye, Ibrahim Idriss Ibrahim, Ali Abdelkerim Mahamat (également connu sous le nom de Kauiguit) et Daoud Ibrahim Abdoulaye.


Les hommes ont indiqué à Amnesty International qu'après leur arrestation, ils avaient été conduits au centre de détention de haute sécurité de Korotoro le 8 décembre 2007, où ils ont été détenus au secret. Des informations faisant état de leur incarcération potentielle à Korotoro ont commencé à circuler en 2010 mais n'ont jamais été confirmées par les autorités tchadiennes en dépit des demandes de renseignements de leurs proches, d'Amnesty International et d'autres organisations de défense des droits humains. Les sept hommes ont finalement été remis en liberté le 13 mars 2011, sans avoir été inculpés d'une quelconque infraction. Ils ont indiqué au délégué d'Amnesty International qu'ils avaient subi des actes de torture au cours de leur détention.


Les sept hommes appartiennent tous à l'ethnie tama ; certains étaient membres du Front uni pour le changement démocratique (FUC), un ancien groupe armé d'opposition principalement constitué de Tamas. Le leader du FUC était le ministre tchadien de la Défense Mahamat Nour, qui a été limogé par le président Idriss Deby Itno le jour de leur arrestation. Ce jour-là, le président avait rencontré les sept hommes pour évoquer le désarmement d'anciens éléments du FUC basés dans la région et qui refusaient d'abandonner les armes.


On ne connaît toujours pas le sort d'un certain nombre de personnes arrêtées au Tchad, et Amnesty International continue de faire campagne en leur faveur.


Aucune action complémentaire n'est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.




Ceci est la première mise à jour de l'AU 326/07. Pour plus d'informations : www.amnesty.org/fr/library/info/AFR20/013/2007/fr



How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE