تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

18 فبراير 2009

Royaume-Uni : les Law Lords autorisent des expulsions, dont celle d'Abu Qatada

Royaume-Uni : les Law Lords autorisent des expulsions, dont celle d'Abu Qatada
Les Law Lords (Lords juges), qui représentent la plus haute juridiction du Royaume-Uni, ont rendu une décision permettant au gouvernement britannique d'expulser trois hommes vers des pays où ils risquent fortement d'être victimes de graves violations des droits humains, notamment d'actes de torture, d'autres formes de mauvais traitements, et de procès iniques.

Deux hommes désignés dans les procédures judiciaires engagées au Royaume-Uni par les initiales « RB » et « U », risquent à présent d'être expulsés en Algérie, et un troisième, Omar Othman (également connu sous le nom d'Abu Qatada), en Jordanie.

Dans ces trois cas, le gouvernement britannique s'appuie sur les assurances diplomatiques fournies par l'Algérie et la Jordanie, aux termes desquelles ces hommes ne seront pas soumis à des violations des droits humains dans leur pays d'origine.

Il est pourtant notoire que par le passé ces deux pays n'ont pas empêché l'utilisation de la torture et d'autres formes de mauvais traitements contre des personnes qui étaient soupçonnées d'avoir participé à des actes de terrorisme.

Depuis quelques années, les autorités britanniques essaient d'expulser un certain nombre de personnes qui, selon elles, représentent une menace pour la sécurité nationale. Elles ont cherché à obtenir des « assurances diplomatiques » de la part de pays où ces personnes doivent être renvoyées et où elles risquent réellement d'être victimes de graves violations des droits humains, notamment d'actes de torture, d'autres formes de mauvais traitements, et de procès iniques.

« Il serait très inquiétant que la décision des Law Lords soit interprétée par le gouvernement du Royaume-Uni comme un feu vert lui permettant d'expulser des personnes vers des pays où elles pourraient, par exemple, être victimes de tortures ou de procès inéquitables, a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

« Les assurances diplomatiques n'ont aucune force exécutoire, ni pour la personne qu'elles sont sensées protéger ni pour le pays qui s'appuie sur elles, en l'occurrence le Royaume-Uni ; il est impossible de s'en prévaloir pour garantir une réelle protection contre la torture. »

Amnesty International estime qu'en recourant à ces assurances et en concluant des accords bilatéraux avec des pays qui ont déjà manqué à leurs obligations internationales en matière de prévention et de sanction de la torture et des autres mauvais traitements, le gouvernement britannique porte atteinte au système des traités internationaux relatifs aux droits humains, notamment ceux qui prescrivent l'abolition absolue de telles pratiques.

« Personne ne doit être expulsé si une telle décision implique un risque de torture, quels que soient les faits reprochés. Les États ne peuvent pas choisir qui a des droits humains et qui n'en a pas, a ajouté Nicola Duckworth.

« Si les personnes en question sont raisonnablement soupçonnées d'avoir commis des infractions pénales liées au terrorisme, les autorités britanniques ont toujours la possibilité de les inculper et de les juger équitablement. En revanche, il n'est pas acceptable d'utiliser la présomption de terrorisme pour expulser une personne vers une destination où elle risque de subir des actes de torture ou d'autres graves violations de ses droits. »

للمزيد من المعلومات

Décision des Law Lords (Lords juges) (site du Parlement britannique, en anglais, 18 février 2009)
La plus haute juridiction du Royaume-Uni va examiner deux affaires d'expulsion avec assurances diplomatiques
(nouvelle, 22 octobre 2008)
Un tribunal remet en cause la politique britannique en matière de renvoi
(nouvelle, 9 avril 2008)
Royaume-Uni. Une procédure judiciaire secrète expose une nouvelle fois des personnes à des risques de torture et mauvais traitements à leur retour en Algérie (déclaration publique, novembre 2007)
UK must stop deportations to torture states (article, 1er mars 2007)
Royaume-Uni / Jordanie. Crainte de torture en Jordanie pour un homme considéré comme une «menace pour la sécurité nationale» (déclaration publique,  26 février 2007)

البلد

الجزائر 
الأردن 
بريطانيا 

المنطقة

أوربا وأسيا الوسطى 

موضوعات

الاحتجاز 
العدالة الدولية 
التعذيب وإساءة المعاملة 
المحاكمات والأنظمة القانونية 

حملات

الأمن مع حقوق الإنسان 

@amnestyonline on twitter

أخبار

21 أغسطس 2014

في تقرير موجز صدر اليوم، قالت منظمة العفو الدولية أن الأطفال المتهمين بالانتماء إلى الجماعات المسلحة في النزاع في مالي يُحتجزون في سجون البالغين في ظل استمرار ارتكاب انتهاكات... Read more »

11 أغسطس 2014

قالت منظمة العفو الدولية في تقرير جديد صدر اليوم إن أهالي آلاف المدنيين الأفغان الذين لقوا مصرعهم خلال عمليات القوات الأمريكية وقوات "حلف شمال الأطنطي" (الناتو) قد تُركوا دون... Read more »

29 أغسطس 2014

قالت منظمة العفو الدولية إن إعدام رجلين في اليابان يوم الجمعة يشكل تحدياً للدعوات المتنامية في البلاد إلى وقف استخدام عقوبة الإعدام

 

Read more »
06 أغسطس 2014

على مدى أشهر، ظلت خطوط المعارك تتبدل سريعاً في شرق أوكرانيا، عقب فرض الانفصاليين الموالين لروسيا سيطرتهم الفعلية على عدة مدن رئيسية في الإقليم

 

Read more »
02 سبتمبر 2014

تشير أدلة جديدة كشفت عنها منظمة العفو الدولية إلى أن أعضاء المجموعة المسلحة التي تطلق على نفسها اسم ’الدولة الإسلامية‘ قد شنت حملة ممنهجة من التطهير العرقي في شمال العراق،... Read more »