تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

بيان صحفي

3 أغسطس 2012

Japon. Des exécutions qui montrent la faiblesse du gouvernement


En réaction à l’exécution, à l’aube, de Junya Hattori et Kyozo Matumura à Tokyo et Osaka, Roseann Rifz, responsable des projets spéciaux à Amnesty International a déclaré :

« La décision des autorités japonaises de procéder à deux nouvelles exécutions est extrêmement regrettable. »

« Après n’avoir procédé à aucune exécution en 2011, le Japon a déjà exécuté cinq personnes cette année rejoignant ainsi résolument la minorité de pays qui continuent d’utiliser la peine capitale. »

Makoto Taki est le deuxième ministre de la Justice à autoriser des exécutions en 2012. Les dirigeants japonais préfèrent se réfugier derrière l’opinion publique plutôt que de faire preuve de courage politique et d’œuvrer à l’abolition du châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit que constitue la peine de mort. »

AI Index: PRE01/381/2012
المنطقة آسيا والباسيفك
البلد اليابان
For further information, contact مكتب الإعلام الدولي

مكتب الإعلام الدولي

هاتف : +44 (0) 20 7413 5566
الساعة 9:30 حتي 17:00 بتوقيت جرينتش يوم الاثنين الى الجمعة
هاتف : +44 (0) 777 847 2126
الخط المفتوح 24 ساعة في اليوم
فاكس : +44 (0) 20 7413 5835
مكتب الإعلام الدولي
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
بريطانيا
لمتابعة المكتب الدولي للاعلام على تويتر
@amnestypress