تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

بيان صحفي

24 نوفمبر 2011

Le Cameroun doit libérer des hommes incarcérés en raison de leur homosexualité présumée

Les autorités camerounaises doivent libérer immédiatement deux hommes condamnés à une peine de cinq ans de prison par un tribunal de Yaoundé pour actes homosexuels, a déclaré Amnesty International jeudi 24 novembre.

Un troisième homme a été condamné par contumace, parce qu'il ne s'est pas présenté au tribunal. Les trois hommes ont été arrêtés en juillet. Selon la police, ils ont été surpris alors qu'ils avaient des rapports sexuels dans une voiture.

« Le tribunal de Yaoundé doit annuler cette condamnation choquante, qui sanctionne ces trois hommes uniquement sur la base de leur orientation sexuelle présumée, a indiqué Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d'Amnesty International.

« Au Cameroun, les personnes accusées de tels crimes risquent bien souvent de subir des violences ou des agressions de la part d'autres détenus ou du personnel pénitentiaire au cours de leur détention. Les deux hommes doivent être libérés immédiatement et les autorités camerounaises doivent abroger les lois discriminatoires envers l'homosexualité. »

Outre une condamnation à cinq ans d'emprisonnement, la peine maximale encourue pour des actes homosexuels au Cameroun, les trois hommes, dont on connaît uniquement les prénoms – Francky, Jonas et Hilaire – ont écopé d'une amende de 200 000 francs CFA (environ 300 euro) chacun. Leur avocat a interjeté appel de cette condamnation.

Amnesty International considère ces deux hommes comme des prisonniers d'opinion, condamnés uniquement en raison de leur orientation sexuelle présumée.

L'homosexualité est illégale au Cameroun et le pays connaît depuis quelques temps une vague de persécution homophobe.

Depuis le mois de mars, à Yaoundé et à Douala, au moins 10 personnes ont été arrêtées au titre de lois homophobes discriminatoires. Jean-Claude Roger Mbede a été déclaré coupable et condamné à trois ans d'emprisonnement le 28 avril. Au moins six autres personnes, arrêtées en juillet et août 2011, sont toujours en détention ; trois hommes ont été arrêtés puis remis en liberté.

« Le fait d'infliger des sanctions pénales pour des activités sexuelles pratiquées en privé entre adultes consentants est contraire aux traités juridiques internationaux relatifs aux droits humains que le Cameroun a signés et ratifiés.

« Le gouvernement camerounais doit prendre les mesures qui s'imposent pour mettre un terme aux détentions, aux arrestations et au harcèlement dont sont victimes certaines personnes du fait de leur identité sexuelle, réelle ou supposée », a conclu Erwin van der Borght.

AI Index: PRE01/590/2011
المنطقة أفريقيا
For further information, contact مكتب الإعلام الدولي

مكتب الإعلام الدولي

هاتف : +44 (0) 20 7413 5566
الساعة 9:30 حتي 17:00 بتوقيت جرينتش يوم الاثنين الى الجمعة
هاتف : +44 (0) 777 847 2126
الخط المفتوح 24 ساعة في اليوم
فاكس : +44 (0) 20 7413 5835
مكتب الإعلام الدولي
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
بريطانيا
لمتابعة المكتب الدولي للاعلام على تويتر
@amnestypress