25 مارس 2011
Kenya : appelez les autorités à fournir les services essentiels aux habitants des quartiers informels de Nairobi

Entre 80 et 90 % des logements de la zone d'habitat précaire de Deep Sea – dans le quartier de Westlands (Nairobi) – ont été détruits lors d'un incendie qui s'est déclenché le 8 mars 2011 dans l'après-midi. Selon la Croix-Rouge kenyane, jusqu'à 10 000 personnes auraient été touchées : la plupart d'entre elles se sont retrouvées sans abri et des dizaines auraient été blessées.

Le feu s'est propagé rapidement, notamment par le biais des câbles électriques reliant les habitations entre elles. Comme il n'existe qu'une seule voie d'accès, extrêmement étroite et accidentée, les camions de pompiers ont eu des difficultés à parvenir sur place.

Ces dernières semaines, des incendies ont également eu lieu dans d'autres zones d'habitat précaire et quartiers informels, notamment à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi.

De nombreuses familles vivant à Deep Sea ont perdu tous ce qu'elles possédaient dans l'incendie, y compris leurs documents personnels. « On doit inscrire les enfants aux examens nationaux de l'enseignement primaire qui ont lieu en ce moment, la date limite est le 31 mars, mais pour cela il faut leurs actes de naissance, qui ont brûlé avec d'autres documents importants… », a déclaré Diana, mère de plusieurs enfants scolarisés en primaire.

Dans les bidonvilles et les quartiers informels de Nairobi, le risque d'incendie est élevé car les matériaux utilisés sont de mauvaise qualité et les logements sont construits de manière précaire. Par ailleurs, la surpopulation et les connexions électriques hasardeuses accroissent encore ce risque. L'absence de véritables routes complique le travail des pompiers et l'absence d'accès à l'eau permet au feu de se propager extrêmement rapidement entre les logements et autres structures. La vitesse de propagation du feu à Deep Sea et le grand nombre de personnes qui se sont retrouvées sans abri à la suite de l'incendie démontrent combien il est nécessaire que le gouvernement kenyan améliore les conditions d'habitat dans les quartiers informels de Nairobi et veille à ce que tout le monde puisse jouir du droit de vivre dans la sécurité et la dignité.

Photo : une habitante du quartier informel de Deep Sea après l'incendie du 8 mars 2011. © Amnesty International

858
عدد التحركات التي تم القيام بها

بادر بالتحرك

Campaign has expired
663,055
إجمالي عدد التحركات
التي بادر بها أشخاص مثلك