تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

بيان صحفي

7 يناير 2011

La République dominicaine doit cesser d'expulser de force des Haïtiens

Amnesty International a exhorté vendredi 7 janvier les autorités de République dominicaine à mettre immédiatement fin à l'expulsion massive de migrants haïtiens, alors qu'elles font valoir que cette mesure s'impose dans le but de prévenir la propagation du choléra.

Plus de 950 Haïtiens – dont beaucoup vivent en République dominicaine sans papiers – ont été expulsés en Haïti au cours de la semaine dernière, selon des déclarations du ministère local de l'Immigration.

« Haïti ne s'est pas encore remise de la terrible catastrophe naturelle qui l'a frappée. Plutôt que de renvoyer de force des personnes vers une situation désespérée, la République dominicaine et d'autres pays doivent intensifier leurs efforts pour venir en aide à Haïti et à sa population », a indiqué Javier Zuñiga, conseiller spécial auprès d'Amnesty International.

La situation au regard de la législation sur l'immigration de nombre d'Haïtiens en République dominicaine demeure floue.

« Personne ne doit être expulsé sans que sa situation au regard de la législation sur l'immigration n'ait été établie de manière individuelle. En présence d'un Haïtien suspecté d'avoir contracté le choléra, il convient de lui prodiguer les soins médicaux dont il a besoin, pas de l'expulser, a ajouté Javier Zuñiga.

« Renvoyer ces gens revient à les condamner à vivre dans une situation où leur santé et leur sécurité sont en grave danger. »

Depuis qu'un tremblement de terre a secoué Haïti, pays plongé dans la pauvreté, en janvier 2010, la République dominicaine a accepté d'accueillir des centaines de ressortissants haïtiens pour des raisons humanitaires.

Mais les autorités affirment désormais qu'il est crucial de procéder à des expulsions afin de prévenir la propagation du choléra. La récente flambée de choléra a déjà fait 3 500 victimes en Haïti. Quelque 150 cas ont été signalés en République dominicaine.

Selon les Nations unies, environ 600 000 Haïtiens sans papiers vivaient en République dominicaine avant le séisme.

Amnesty International a fait part le 6 janvier de ses préoccupations quant à la situation des femmes, des jeunes filles et des fillettes qui vivent dans des camps de fortune en Haïti et a dénoncé les violences sexuelles généralisées dont elles sont victimes.

Note aux rédacteurs
Gerardo Ducos, spécialiste de Haïti à Amnesty International, se rendra à Port-au-Prince du 8 au 22 janvier.

Pour obtenir plus d'informations ou prendre rendez-vous pour un entretien, veuillez prendre contact avec les personnes suivantes :
– à Port-au-Prince : Laure Delattre, +44 777 847 21 88, ldelattre@amnesty.fr ;

– à Londres :
Josefina Salomón, +44 7778 472 116, jsalomon@amnesty.org.

Pour consulter le rapport intitulé Doublement touchées. Des femmes s'élèvent contre les violences sexuelles dans les camps haïtiens, veuillez cliquer sur : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR36/001/2011/fr

AI Index: PRE01/007/2011
المنطقة الأمريكتان
For further information, contact مكتب الإعلام الدولي

مكتب الإعلام الدولي

هاتف : +44 (0) 20 7413 5566
الساعة 9:30 حتي 17:00 بتوقيت جرينتش يوم الاثنين الى الجمعة
هاتف : +44 (0) 777 847 2126
الخط المفتوح 24 ساعة في اليوم
فاكس : +44 (0) 20 7413 5835
مكتب الإعلام الدولي
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
بريطانيا
لمتابعة المكتب الدولي للاعلام على تويتر
@amnestypress