تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

بيان صحفي

28 سبتمبر 2010

République dominicaine. Une enquête est nécessaire sur les allégations d'enlèvement visant une unité de la police

En ce mardi 28 septembre, Amnesty International a demandé aux autorités dominicaines d'enquêter sur le sort de Juan Almonte Herrera qui a vraisemblablement été kidnappé par des policiers spécialisés dans la lutte contre les enlèvements.

Membre du Comité dominicain des droits humains, Juan Almonte Herrera se rendait le 28 septembre 2009 à son bureau à Saint-Domingue, où il travaillait comme comptable, lorsqu'un groupe d'hommes armés l'a précipité à l'intérieur d'une voiture et a pris la route. On ne l'a pas revu depuis lors.

Un an plus tard, la famille et les avocats de Juan Almonte Herrera, qui vivent dans la crainte qu'il soit détenu au secret ou qu'il ait été tué, attendent toujours de recevoir des informations sur l'état d'avancement de l'enquête sur sa disparition.

« Les autorités dominicaines doivent enquêter sur cette disparition ou révéler où il se trouve s'il est détenu par les forces de sécurité, a déclaré Chiara Ligouri, responsable des recherches sur la Caraïbe au sein d'Amnesty International. Il est extrêmement préoccupant que près d'un an après la disparition de Juan Almonte Herrera, les autorités semblent n'avoir rien fait pour savoir ce que cet homme était devenu. »

Deux heures après l'arrestation de Juan Almonte Herrera, la police avait annoncé à la télévision dominicaine qu'il faisait lui-même l'objet d'une enquête pour l'enlèvement présumé d'un jeune homme de 19 ans dans la ville de Nagua, dans l'est du pays et qu'il était considéré comme étant en fuite.

À la fin du mois d'octobre 2009, deux corps carbonisés non identifiés ont été retrouvés dans le coffre d'une voiture à Saint-Domingue. La sœur de Juan a identifié l'un des corps comme étant celui de Juan Almonte Herrera. Cependant, les tests ADN réalisés se sont révélés négatifs mais la famille a remis en question la manière dont ils ont été réalisés.

Les proches et les avocats de Juan Almonte Herrera ont indiqué qu'ils avaient été mis sous surveillance policière à partir du moment où ils avaient demandé l'ouverture d'une enquête.

Ils ont indiqué à Amnesty International qu'ils avaient été suivis par des véhicules et surveillés depuis les abords de leurs domiciles. La sœur de Juan Almonte Herrera a reçu des appels téléphoniques lui demandant de cesser d'évoquer publiquement cette affaire. Ils ont fait état de cette situation aux autorités, qui leur ont offert la protection de la police.

« Les autorités dominicaines doivent de toute urgence fournir une protection adaptée, et conforme à leurs souhaits, aux proches et avocats de Juan Almonte Herrera », a déclaré Chiara Ligouri.

Amnesty International est préoccupée par les informations qui font régulièrement état de violations des droits humains imputables à la police et aux forces de sécurité en République dominicaine.

AI Index: PRE01/326/2010
المنطقة الأمريكتان
For further information, contact مكتب الإعلام الدولي

مكتب الإعلام الدولي

هاتف : +44 (0) 20 7413 5566
الساعة 9:30 حتي 17:00 بتوقيت جرينتش يوم الاثنين الى الجمعة
هاتف : +44 (0) 777 847 2126
الخط المفتوح 24 ساعة في اليوم
فاكس : +44 (0) 20 7413 5835
مكتب الإعلام الدولي
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
بريطانيا
لمتابعة المكتب الدولي للاعلام على تويتر
@amnestypress