تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

18 مايو 2010

Malawi. Les autorités doivent relâcher un couple déclaré coupable d'«outrage aux bonnes mœurs»

Malawi. Les autorités doivent relâcher un couple déclaré coupable d'«outrage aux bonnes mœurs»

Amnesty International demande aux autorités du Malawi de libérer immédiatement et sans condition un couple déclaré coupable mardi 18 mai 2010 d'« outrage aux bonnes mœurs » et d'« actes contre nature ».

Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga ont été appréhendés par la police le 28 décembre 2009 à Blantyre, deux jours après leur cérémonie de fiançailles organisée dans la communauté urbaine de Chirimba, dans le sud de la ville. Tous deux ont nié les faits qui leur étaient reprochés. Leur peine doit être prononcée jeudi 20 mai. Ils encourent jusqu'à 14 ans de prison.

« Avoir une relation ne saurait être un crime. Personne ne doit être arrêté ni placé en détention uniquement en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre réelle ou présumée, a indiqué Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

« Leurs droits humains – droit de vivre libre de toute discrimination, droits à la liberté de conscience et d'expression et droit à la vie privée – ont été bafoués de manière flagrante. »

Les accusés auraient été battus par les policiers lors de leur détention et Tiwonge Chimbalanga a subi des examens anaux forcés visant à établir si les deux hommes avaient « consommé » leur union.

Tout examen anal, effectué sans le consentement des personnes concernées, enfreint l'interdiction absolue de la torture et de toute autre forme de traitement cruel, inhumain ou dégradant. Dans le cadre d'un procès équitable, une telle preuve aurait été déclarée irrecevable.

« La condamnation de ce couple représente un recul pour le Malawi. Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga n'ont rien fait de mal et doivent être libérés immédiatement », a poursuivi Michelle Kagari.

Amnesty International les considère comme des prisonniers d'opinion et a demandé à plusieurs reprises leur libération immédiate et inconditionnelle.

Le fait de poursuivre en justice des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre est prohibé par les traités que le Malawi a ratifiés, en particulier par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PICDP) et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

En vertu de ces traités, le Malawi est légalement tenu de respecter et de protéger les droits à la liberté de conscience et d'expression, ainsi que le droit à la vie privée, et d'éradiquer la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre réelle ou présumée.

للمزيد من المعلومات

Malawi : il faut libérer deux hommes devant être jugés pour « outrage aux bonnes mœurs » (nouvelle, 22 mars 2010)

موضوعات

الاحتجاز 
حرية التعبير 
سجناء الرأي 
الميول الجنسية وهوية النوع الجنسي 
المحاكمات والأنظمة القانونية 

البلد

ملاوي 

المنطقة

أفريقيا 

@amnestyonline on twitter

أخبار

21 أغسطس 2014

في تقرير موجز صدر اليوم، قالت منظمة العفو الدولية أن الأطفال المتهمين بالانتماء إلى الجماعات المسلحة في النزاع في مالي يُحتجزون في سجون البالغين في ظل استمرار ارتكاب انتهاكات... Read more »

11 أغسطس 2014

قالت منظمة العفو الدولية في تقرير جديد صدر اليوم إن أهالي آلاف المدنيين الأفغان الذين لقوا مصرعهم خلال عمليات القوات الأمريكية وقوات "حلف شمال الأطنطي" (الناتو) قد تُركوا دون... Read more »

29 أغسطس 2014

قالت منظمة العفو الدولية إن إعدام رجلين في اليابان يوم الجمعة يشكل تحدياً للدعوات المتنامية في البلاد إلى وقف استخدام عقوبة الإعدام

 

Read more »
06 أغسطس 2014

على مدى أشهر، ظلت خطوط المعارك تتبدل سريعاً في شرق أوكرانيا، عقب فرض الانفصاليين الموالين لروسيا سيطرتهم الفعلية على عدة مدن رئيسية في الإقليم

 

Read more »
02 سبتمبر 2014

تشير أدلة جديدة كشفت عنها منظمة العفو الدولية إلى أن أعضاء المجموعة المسلحة التي تطلق على نفسها اسم ’الدولة الإسلامية‘ قد شنت حملة ممنهجة من التطهير العرقي في شمال العراق،... Read more »