تقرير منظمة العفو الدولية لعام  2013
حالة حقوق الإنسان في العالم

18 مايو 2010

Thaïlande : l'armée doit cesser de recourir de façon inconsidérée à la force meurtrière

Thaïlande : l'armée doit cesser de recourir de façon inconsidérée à la force meurtrière

L'armée thaïlandaise doit immédiatement cesser ses tirs à balles réelles dans plusieurs quartiers de Bangkok où les manifestants anti-gouvernementaux sont rassemblés, a déclaré Amnesty International lundi 17 mai 2010.

« Les récits de témoins oculaires et des enregistrements vidéo montrent clairement que l'armée tire à balles réelles sur des personnes sans arme qui ne menacent ni les soldats ni d'autres personnes, a déclaré Benjamin Zawacki, spécialiste de la Thaïlande à Amnesty International. C'est une violation flagrante d'un droit fondamental – le droit à la vie. 

« Tirer à balles réelles sur des personnes non armées, qu'il s'agisse ou non de manifestants, lorsqu'elles ne présentent aucune menace sérieuse pour quiconque, est illégal », a déclaré Benjamin Zawacki.

Depuis jeudi 13 mai, date à laquelle le gouvernement a lancé l' « Opération Rajprasong », les soldats tirent des balles en caoutchouc et des balles réelles dans les quartiers et autour des sites où sont rassemblés les manifestants dans Bangkok. Selon le gouvernement, 500 « terroristes » se cacheraient parmi les manifestants.

Au moins 35 manifestants non armés ont été tués. Parmi les morts on compte deux membres du personnel médical qui portaient des blouses blanches marquées de croix rouges très visibles, abattus les 15 et 16 mai ; un garçon de 17 ans a également été abattu le 15 mai. Le général Khattiya Sawatdiphon (« Seh Daeng »), conseiller militaire des manifestants, atteint par la balle d'un franc-tireur vendredi 14 mai est décédé lundi 17. Un autre soldat a également été tué.

Plus de 200 personnes ont été blessées, parmi lesquelles plusieurs journalistes thaïlandais et étrangers, ainsi qu'un garçon de dix ans.

« Le gouvernement ne peut autoriser les soldats à tirer sur quiconque se trouve dans une zone qu'il souhaite contrôler », a déclaré Benjamin Zawacki.

Selon les Règles d'engagement du gouvernement, exposées par le Centre pour la résolution de la situation d'urgence (CRES) le 14 mai, les tirs à balles réelles ne sont autorisés que comme tirs de sommation, en cas de légitime défense ou lorsque les forces armées peuvent clairement distinguer ceux que les forces de sécurité considèrent comme des « terroristes ». Samedi 16 mai, le CRES a qualifié plusieurs quartiers proches du lieu où sont rassemblés les manifestants de « zones de tirs à balles réelles ».

Plusieurs témoins oculaires ont déclaré à Amnesty International avoir vu des soldats tirer dans le quartier avec des fusils à longue portée – à une distance à laquelle les victimes ne pouvaient guère présenter de danger.

Le colonel Sansern Kaewkamnerd, porte-parole du CRES, a déclaré vendredi 14 mai que les soldats resteraient à quelque distance des manifestants et ne tireraient à balles réelles que pour empêcher les gens d'avancer. S'ils étaient amenés à tirer pour stopper les manifestants, ils viseraient au dessous des genoux et ne tireraient qu'une balle à la fois.

« Ceci est inacceptable au regard des normes du droit international, qui précisent que les armes à feu ne peuvent être utilisées qu'en dernier recours, pour prévenir une infraction grave mettant sérieusement en danger la vie d'autrui ou procéder à l'arrestation d'une personne présentant un tel risque et offrant une résistance armée, et seulement lorsque des mesures moins extrêmes sont insuffisantes pour atteindre ces objectifs. En dehors des situations claires de légitime défense, le contrôle des affrontements devrait être le fait de policiers entraînés, disposant d'équipement non meurtrier, non par des soldats tirant à balles réelles », a déclaré Benjamin Zawacki.

موضوعات

تنفيذ القوانين 

البلد

تايلند 

المنطقة

آسيا والباسيفك 

@amnestyonline on twitter

أخبار

13 نوفمبر 2014

فضحت وثائق صادرة عن المحكمة كشفت عنها منظمة العفو الدولية اليوم حقيقة أن شركة "شل" أدلت مراراً وتكراراً بادعاءات كاذبة حول حجم وتأثير حادثتي تسرب نفط كبيرتين في بودو، بنيجيريا... Read more »

30 أكتوبر 2014

صرحت منظمة العفو الدولية اليوم بأنه يتعين أن تكون الذكرى الرابعة لمقتل زعيم محلي مجاهر برأيه في ولاية مارانها دعوة توقظ الحكومة البرازيلية لتعالج على وجه السرعة العنف... Read more »

12 نوفمبر 2014

قالت منظمة العفو الدولية لقد تهرب الشركة الكيميائية الأميركية العملاقة داو من المثول أمام العدالة مرة أخرى اليوم من خلال عدم الانصياع لاستدعاء المحكمة الهندية لها بشأن... Read more »

20 نوفمبر 2014

في تقرير جديد يصدر اليوم قالت منظمة العفو الدولية إن فشل المجتمع الدولي في التعامل مع العدد المتنامي للاجئين السوريين الذي يفرون إلى تركيا أدى إلى اندلاع أزمة غير مسبوقة... Read more »

20 نوفمبر 2014

في تقرير جديد يصدر اليوم قالت منظمة العفو الدولية إن فشل المجتمع الدولي في التعامل مع العدد المتنامي للاجئين السوريين الذي يفرون إلى تركيا أدى إلى اندلاع أزمة غير مسبوقة... Read more »